Billet Boursier

Comment profiter des sources d’énergie de demain? 2

Comment profiter des sources d’énergie de demain?

Comment profiter des sources d’énergie de demain?

Le secteur des énergies renouvelables croît à un rythme exponentiel. En effet, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les énergies renouvelables ont atteint 25% de la capacité de production d’électricité mondiale en 2018. L’AIE voit la capacité de production d’énergie renouvelable augmenter d’un autre 50% d’ici 2024 dans son scénario de « base », avec une croissance encore plus rapide possible si les gouvernements mettent en place les bonnes politiques et incitatifs financiers.

L’AIE prévoit que le segment qui connaitra la plus grande croissance sera le solaire, prévoyant que cette technologie alimentera la majorité de la croissance des énergies renouvelables, représentant 700 gigawatts (GW) des 1 200 GW de nouvelles capacités prévues d’ici 2024. L’éolien terrestre devrait être le deuxième plus grand contributeur à 300 GW, suivis de l’hydroélectricité à plus de 100 GW et de l’éolien offshore à environ 50 GW. Tel que présenté dans le graphique ci-dessous, cela s’explique par la présence déjà bien établie de l’hydroélectricité.

 

 

Maintenant, ce qui intéresse les investisseurs : comment trouver une bonne compagnie au sein de ce secteur? En premier lieu, il est fondamental que l’entreprise choisie génère des flux de trésorerie disponibles positifs et ait un bilan solide, car cela lui permettra d‘avoir un meilleur accès au capital nécessaire pour financer leur croissance.

Ensuite, les négociants et investisseurs devraient rechercher des entreprises qui allouent judicieusement leur capital à des projets d’énergie renouvelable qui génèrent des retours sur investissement intéressants, puisqu’une allocation intelligente du capital est essentielle pour maintenir un profil financier solide.

Avec ces caractéristiques à l’esprit, voici certains titres sur notre liste de surveillance :

  • Brookfield Renewable Partners (NYSE: BEP) est l’une des plus grandes sociétés d’énergie renouvelable cotées en bourse au monde. Elle exploite une plate-forme mondiale multitechnologies, qui comprend des installations de production d’énergie hydroélectrique, éolienne et solaire, ainsi que des actifs de stockage d’énergie.
  • First Solar (NASDAQ: FSLR) est l’un des leaders dans le développement de panneaux solaires. Les modules que l’entreprise produit sont plus grands, ainsi produisent de l’électricité à un coût par watt inférieur à celui des panneaux traditionnels à base de silicium. Ils fonctionnent également mieux dans des conditions chaudes et humides. Ces caractéristiques les rendent idéales pour les applications à l’échelle des services publics.
  • NextEra Energy (NYSE: NEE) exploite deux secteurs d’activité:
    • Services publics d’électricité à tarifs réglementés qui distribuent l’électricité aux consommateurs et aux entreprises.
    • Un segment énergétique compétitif qui produit de l’électricité et transporte du gaz naturel dans le cadre d’accords à long terme à prix fixe.
  • Ces entités se combinent pour produire plus d’énergie éolienne et solaire que toute autre entreprise dans le monde. Ils génèrent également des flux de trésorerie stables, ce qui fournit à NextEra des capitaux pour payer des dividendes et investir dans l’expansion de ses opérations.

En somme, cette transition vers une énergie propre prendra des milliards de dollars et plusieurs décennies à réaliser. Or, il s’agit incontestablement du futur, et ceux qui auront pu en profiter s’en mettront vraisemblablement plein les poches.

 

L’impact des achats de la Réserve Fédérale américaine sur les marchés

Pour faire suite au billet de la semaine dernière portant sur « Comment est-ce que la réserve fédérale créer-elle de l’argent? » . Cette semaine, le « livre des minutes » , qui est le procès-verbal de la dernière rencontre de la FED du mois dernier, a été publié mercredi et a clairement démontré que la banque centrale est toujours prête à fournir un soutien « pendant un certain temps » aux marchés.

Ce soutien se présente sous la forme d’achat de bonds d’entreprises. En effet, tel que présenté dans ce billet datant du 14 mai, l’achat de titre de dette par la FED n’est pas nouveau. Or, depuis, la Réserve fédérale a annoncée qu’elle élargissait son programme pour mettre davantage de crédit entre les mains des grandes entreprises en achetant un large échantillon d’obligations « investment grade », dans le cadre de sa promesse d’injecter 4 billions de dollars dans le système financier.

D’ailleurs, les conséquences de ce programme se sont reflétées dans le prix des actions. En effet, en plaçant un plancher sous le prix des obligations, la FED permet aux entreprises surendettées et privées de revenus d’emprunter encore plus pour couvrir les pertes d’exploitation ou de refinancer les prêts existants, ce qui leur permet d’éviter, ou du moins de retarder, le jour où elles ne pourront plus payer leurs factures.

De plus, il est important de noter que ce ne sont pas seulement les créanciers qui bénéficient de l’achat d’obligations de la FED. En protégeant les actionnaires du risque que l’entreprise qu’ils possèdent fasse faillite, leurs actions valent également plus. Et c’est grâce à cela qu’un marché, qui peut sembler surévalué aux yeux de plusieurs a retrouvé presque tout ce qu’il avait perdu au cours des dernières semaines, malgré un taux de chômage élevé.

Par exemple, c’est ce qui explique également des événements qui peuvent sembler dénués de sens. Par exemple l’action Hertz , qui aurait dû devenir sans valeur lorsque la société a déposé son bilan démontrant une faillite imminente le mois dernier, se négocie encore aujourd’hui à la hausse de 157%. La société a depuis annoncé son intention de lever 1 milliard de dollars pour payer les créanciers en émettant de nouveaux titres.

Finalement, même des entreprises qui sont considérées comme des entreprises de qualités profitent de l’achat de bonds par l’organisme américain. Apple (NASDAQ : APPL), qui utilise principalement sa dette pour faire des rachats d’actions pourrait possiblement profiter de ce programme, les termes pour une entreprise étant : « des opérations importantes et une majorité de ses employés basés aux États-Unis». Il y a donc toutes les raisons de s’attendre à ce qu’Apple puisse et émette à nouveau des obligations dans un avenir rapproché, à un taux encore plus bas, pour financer les rachats d’actions et les dividendes. Cela, à son tour, soutiendrait très probablement le cours du titre.

En somme, il faudra surveiller l’évolution de l’actif total de la réserve fédérale, puisque tel qu’on peut le voir dans le graphique ci-dessous, on semble vivre un léger retournement.

 

Récapitulatif des dernières idées de transactions présentées dans le Billet boursier.

Depuis un certain temps, l’équipe de Daytrader Canada et moi-même nous empressons à dénicher l’information la plus pertinente possible, pour vous accompagner dans vos investissements, et cela, gratuitement. Ainsi, cette semaine, nous souhaitions faire un petit récapitulatif des dernières idées de transactions présentées dans le Billet boursier.

Ainsi, puisque le billet est hebdomadaire il serait naturellement trop long de revenir au début de l’année. Nous allons ainsi commencer avec les billets du mois de juin.

En premier lieu, celui paru le 5 juin. Dans ce billet, nous discutions dans la chute du dollar américain et de la possible poursuite de la hausse des titres de technologies. Depuis le 5 juin, le dollar américain s’est maintenu en date d’aujourd’hui, mais il a atteint un bas de -1.27%. En ce qui concerne les titres de technologies, ils se sont appréciés de 8.50% depuis le billet du 5 juin.

En second lieu, celui paru le 11 juin, il était question des deux Fonds négociés en bourse ESG et de l’or et l’argent qui pouvait représenter des opportunités d’achat. Du côté des FNB, Nuveen ESG Large-Cap Growth ETF (ARCA : NULG), il a enregistré un rendement de 8.87% depuis le 11 juin, tandis que le FNB iShares ESG MSCI USA (NASDAQ : ESGU), le plus important du genre avec plus de 7,1 milliards de dollars d’actifs sous gestion, a rapporté 3.84 %. Ensuite, en ce qui concerne l’or et l’argent. L’or a enregistré une performance de 4.72% et l’argent de 6.22 %.

Dans un troisième temps, celui paru le 18 juin, on parlait de Chesapeake Energy (CHK) comme étant un titre dangereux à transiger. Depuis, il fut retiré du New York Stock exchange, et il se transige maintenant hors cote, soit « over the counter » à un prix de 7.67, soit une baisse de plus de 45% depuis la publication.

Finalement, terminons avec le billet publié le 26 juin dernier. Nous évoquions le « stress-test » demandé aux banques américaines. Par rapport à ce fameux test, nous avons affirmé que si certaines institutions financières venaient à échouer ce test, elles pourraient créer une baisse de la confiance des investisseurs envers le secteur financier, voir occasionner une baisse des marchés. Certaines banques ayant échoué ce test, les marchés ont, à la suite de la sortie de ce fameux test, chuté de -2.42% et le secteur financier de -4.28%.

En somme, nous trouvions l’exercice très intéressant et sommes fiers de ces résultats depuis le début du mois de juin, c’est la raison pour laquelle nous souhaitions vous le partager. En plus des éléments énumérés plus hauts, les billets boursiers sont parsemés de contenu éducatif qui répondent autant aux négociants actifs débutants qu’expérimentés.

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance et contributeur chez DayTrader Canada

Sources:

https://www.fool.com/investing/2020/06/24/is-it-time-to-buy-brookfield-renewable-stock.aspx

https://www.investopedia.com/investing/alternative-energy-stocks/

https://www.fool.com/investing/2020/05/16/x-renewable-energy-stocks-to-buy-right-now.aspx

https://www.fool.com/investing/stock-market/market-sectors/energy/renewable-energy-stocks/

https://webstore.iea.org/download/direct/2995

https://ourworldindata.org/renewable-energy

https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2020-07-06/covid-fed-gets-close-to-backing-apple-stock-by-buying-its-bonds?srnd=premium-canada

https://seekingalpha.com/article/4357004-u-s-federal-reserve-ready-to-buy-stocks-yes-really

https://www.washingtonpost.com/business/2020/06/17/fed-is-addicted-propping-up-market-whether-it-needs-help-or-not/

https://www.federalreserve.gov/monetarypolicy/bst_recenttrends_accessible.htm

https://www.axios.com/federal-reserve-stimulus-equity-markets-6ab30e5c-ba5d-420f-9f03-f588eff5e7e9.html

https://www.cnbc.com/2020/06/15/the-fed-says-it-is-going-to-start-buying-individual-corporate-bonds.html

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

 

2 comments

Add comment


Solve : *
12 × 7 =