Victoire pour Twitter, défaite pour Tesla?

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

Moins d’un mois! Il aura pris moins d’un mois pour Elon Musk d’annoncer sa participation d’un peu plus de 9% le 4 avril dernier, à l’annonce que l’offre hostile sur Twitter (NYSE :TWTR) serait acceptée. Quoiqu’il ne s’agisse pas des premières vagues créées par M. Musk sur les réseaux sociaux, cette fois, la nouvelle vient avec un arrière-goût plutôt amer. Le populaire homme d’affaires est reconnu pour prendre des décisions plutôt intrigantes et hors des sentiers battus. La nouvelle ne tombe cependant pas dans les bonnes grâces des actionnaires importants de Tesla (NASDAQ :TSLA), voyant plutôt l’acquisition de l’oiseau bleu comme une distraction des activités importantes du fabricant de voitures électriques.

Faisons-le point derrière les motifs de M. Musk de faire une offre d’acheter Twitter. Elon Musk est, depuis longtemps, un phénomène en soi sur les réseaux sociaux. Des tweets controversés, des idéologies drastiques, ou encore, des opinions questionnables sur divers sujets (oui, je fais référence à toi, Dogecoin). Peu importe, le point de M. Musk ici semble être porté par la liberté d’expression. Twitter n’est pas complètement inconnu à la liberté d’expression, cependant sa relation avec celle-ci a été plutôt rocailleuse. Discours violents, plateforme électorale, désinformation, propos haineux et j’en passe, Twitter en a vu de toutes les couleurs.

Ces évènements ont mené la plateforme à resserrer ses standards en termes de tolérance face à ces abus. Ces resserrements ont eu des rétroactions positives et négatives. Ne pensons qu’à M. Trump, qui a vu son compte Twitter suspendu après avoir incité ses abonnés à manifester leur mécontentement après sa défaite électorale en novembre 2020. Cette suspension a ramené, le débat de la liberté d’expression, qui semble avoir été brimé à travers ces actes de censure. M. Musk, porte-parole des idéaux contre-courant, aura pris ce débat à cœur.

Quoique les raisons précises de cet engouement envers Twitter resteront quelque peu nébuleuses, M. Musk se dit en faveur de la liberté d’expression. Il mentionne entre autres que d’avoir une plateforme sociale crédible de tous et inclusive est un fondement de base pour la civilisation dans laquelle nous vivons. Il sera évidemment intéressant de suivre les développements de cette transaction et de la gestion des activités au quotidien. Par ailleurs, le Commissaire européen Thierry Breton aura lancé un appel à M. Musk, comme quoi, qu’il s’agisse du domaine automobile ou d’une plateforme de médias sociaux, les règles et législations devront être respectées. M. Breton fait évidemment référence à un Acte (Digital Services Act) adopté le weekend dernier, comme quoi l’Union européenne aura les pouvoirs nécessaires afin de retirer le contenu illégal des réseaux sociaux.

Les détails de la transaction restent encore à définir évidemment, toutefois le chiffre que le public a retenu est les 44 milliards de dollars américains payés pour l’acquisition du réputé oiseau bleu. L’offre de M. Musk fait notamment mention de 54.20$ par actions, représentant une prime de 38% au-dessus du prix en date du 1er avril dernier. Un montant de 25.5 milliards semble déjà avoir été sécurisé par l’homme d’affaires à travers de multiples banques à travers le monde, dont certaines banques canadiennes et américaines.

L’annonce semble avoir été reçue positivement par la communauté et les actionnaires de Twitter, voyant son titre grimper d’environ 4.5% le 25 avril dernier. Le prix cible de 54.20$ semble alléchant à première vue, toutefois il reste de nombreuses étapes à franchir avant d’arriver à une entente finale.

De l’autre côté du spectre, les actionnaires du manufacturier de voitures électriques, sont légèrement confus sur la nouvelle. L’annonce de la transaction aura poussé de nombreux actionnaires à vendre leurs actions de Tesla, provoquant une chute drastique du titre. Le cours aura vu une diminution d’un peu plus de 12% le 26 avril. En comparaison, le titre de Twitter aura engrangé une progression d’environ 5% tandis que Tesla recula de 15%.

La confusion est une chose. Toutefois les actionnaires du fabricant automobile ont d’autres inquiétudes. Une plateforme sociale d’envergure telle que Twitter demande de l’attention, du temps, de l’argent, de la planification et une vision globale. Cette vision globale vient entre autres rentabiliser la plateforme, puisque personne ne veut acheter quelque chose qui ne fait que drainer son compte en banque.

Cette répartition de l’attention de M. Musk entre Tesla, Twitter, Space X, The Boring Company et Neuralink Corp., aura eu une certaine répercussion sur son titre boursier. Le prix salé de 44 milliards fait sourciller certains analystes quant à la source des fonds. L’apport des banques est une chose, mais cela ne sera pas suffisant pour combler le prix d’achat. Certains pointent notamment vers une vente de titres de Tesla détenu par M. Musk afin d’être en mesure de payer la facture totale.

D’autres ont cependant une perception différente des choses, mentionnant notamment les capacités hors pair de gestion d’Elon Musk. Il y a également un aspect de collecte de données (qu’on le veuille ou non) qui pourrait être dans les cartes du populaire dirigeant. L’écho général du marché reste toutefois du côté gestion d’horaire. Selon M. Musk, Twitter n’exploite pas la totalité de la valeur de la plateforme et croit sincèrement qu’il y a plus à y être retiré par ses utilisateurs. Reste à voir comment la gestion de la croissance de ses multiples compagnies sera gérée sur le long terme.

Tesla dévoila des résultats plutôt satisfaisants la semaine dernière, avec un bénéfice par action de 3.22$ versus les anticipations de 2.26$. Du côté de Twitter, la transaction est encore loin d’être clôturée et de nombreux points restent à être discutés. Les résultats financiers seront divulgués le 28 avril, après la fermeture des marchés toutefois, aucun appel ne sera tenu. Le dévoilement de résultats financiers pour Twitter sont peut-être parmi les derniers à être présentés au grand public, mieux vaut les savourer!

Sources :

https://www.bnnbloomberg.ca/twitter-ceo-says-it-s-business-as-usual-until-deal-closes-1.1756768

https://www.marketwatch.com/story/musk-is-no-stranger-to-juggling-but-is-twitter-going-to-take-too-much-attention-from-tesla-11650994025

https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-04-26/musk-s-free-speech-twitter-dream-gets-eu-warning-via-twitter

https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-04-25/tesla-sinks-after-musk-agrees-to-buy-twitter-in-44-billion-deal

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés ni avoir l’intention d’initier de positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.