Billet Boursier

Une nouvelle annonce de vaccin propulse les marchés à la hausse

Une nouvelle annonce de vaccin propulse les marchés à la hausse

Conseils d’un trader

Pour plusieurs négociants actifs, les deux dernières semaines furent excellentes côté rendement. En effet, avec les importants mouvements causés entre autres par les élections américaines et l’annonce d’un vaccin prometteur par Pfizer (NYSE : PFE), la volatilité était au rendez-vous.

Or, après de belles semaines comme ces dernières, il pourrait être intéressant pour les non-initiés de se lancer, pensant faire de l’argent rapidement. C’est pourquoi il est important de se rappeler certaines erreurs à ne pas faire lorsque l’on débute en bourse, afin d’éviter de douloureuses leçon à ceux d’entre nous qui en sont encore à leurs premiers pas.

Devenir un bon « trader » nécessite beaucoup de patience et de persévérance. En effet, l’art du « trading » ne s’apprend pas du jour au lendemain. Le populaire entrepreneur Anthony « Tony » Robbins disait : « Nous surestimons ce que nous pouvons accomplir en une année. Mais nous sous-estimons ce que nous pouvons réaliser, changer, concrétiser en 10 ans, 20 ans. » Cette mentalité s’applique également à la négociation active.

Tout d’abord, la première erreur à ne pas faire est de vouloir aller trop vite. Cette erreur se matérialise souvent lorsqu’on prend la décision de ne pas se pratiquer à l’aide d’un simulateur. Aujourd’hui, la majorité des plateformes d’accès direct, telles que Interactive Brokers [1] ou Thinkorswim [2], de même que certains sites internet comme Investopedia[3], Barchart[4] ou Investing.com[5], permettent à leurs utilisateurs de se créer un portefeuille fictif et de négocier différents produits financiers, allant de l’action, aux options, en passant par les contrats à terme. De cette façon, votre apprentissage vous sera beaucoup moins coûteux et vous permettra d’attaquer le marché avec de l’expérience.

Ensuite, une autre erreur à ne pas faire pour devenir un bon « trader » est de penser que le « trading » est facile et qu’il est possible de se lancer sans de bonnes connaissances,et de performer par pure talent. Grâce à l’avènement des plateformes d’accès direct et du courtage en ligne, devenir un négociant actif est devenu de plus en plus facile. Ainsi, monnayant seulement quelques dollars par transactions, un néophyte peut se lancer en bourse par lui-même avec quelques connaissances de base et investir ses précieux dollars. Cette facilité d’accessibilité encourage l’individu sans expériences et connaissance à s’improviser « trader ». Bien souvent, malheureusement, cela créer une mauvaise image de l’investissement boursier, car ces supposés négociants actifs perdent davantage qu’ils gagnent. De ce fait, puisque ce ne sont pas la majorité des investisseurs boursiers qui possèdent un baccalauréat en finance, une formation de base est de mise. Plusieurs notions, telles que la gestion de risque, la sélection de bons titres et la gestion de profit et de perte sont des notions complexes qui nécessitent une maîtrise complète pour devenir un investisseur profitable. De plus, l’éducation, bien que possiblement considéré comme dispendieuse vous permettra également de devenir profitable plus rapidement. En bref, particulièrement dans les marchés volatils que nous naviguons depuis quelques mois, des connaissances de qualité sont une nécessité pour affronter les nombreux soubresauts de la Bourse.

Finalement, une autre erreur à ne pas faire est être trop confiant. Parfois, avec le temps et l’expérience, nous sommes tentés de « tourner les coins ronds » et de ne pas respecter notre plan de match à la lettre. En effet, plusieurs « traders » d’expérience se font avoir en pensant ne plus avoir besoin d’être aussi assidue qu’au départ. Cette façon de penser vous ramènera assez rapidement sur terre et sera concluera par de lourdes pertes. De plus, la remise en question est un élément fondamental lorsque l’on est « trader ». Comme j’aime dire : « la Bourse est le plus grand vecteur d’humilité », puisque c’est lorsque l’on se croit invincible que nous commençons à occasionner des pertes. En effet, cela est particulièrement vrai dans une structure de marché incertaine comme celle que nous vivons actuellement. Si, en tant que négociants actifs, nous ne remettons jamais en question notre stratégie dans le but de l’optimiser, un jour, elle ne sera plus adaptée au marché qui nous entoure, et par le fait même, déficitaire.

Les demandes d’assurance chômage en baisse aux États-Unis : attention

Les demandes d’assurance-chômage ont, pour la première fois, baisser pour une seconde fois consécutive la semaine dernière, atteignant un autre creux de l’ère de la pandémie, signe que le marché du travail s’améliore progressivement.

Tel que le démontre le graphique ci-dessous, le ministère du Travail a rapporté jeudi que les demandes de chômage ont atteint 709 000 pour la semaine terminée le 7 novembre, contre 757 000 la semaine précédente. Les économistes interrogés par Dow Jones s’attendaient à 740 000 nouvelles demandes.

 

Naturellement, cette baisse est fondamentalement positive pour l’avenir des marchés, alors que l’incertitude attribuable aux élections américaines a beaucoup diminué.

Or, ledit changement de gouvernement pourrait entrainer une hausse du chômage à nouveau. En effet, mercredi, Michael Osterholm, un conseiller influent pour la COVID-19 du président élu Joe Biden, a appelé à un confinement national de quatre à six semaines aux États-Unis pour aider à réduire les infections de coronavirus.

Étant le conseil d’uniquement l’un des 13 conseillers du nouveau président américain, cet avis est actuellement marginal. En revanche, il sera très intéressant de surveiller si cette idée saura faire son chemin jusqu’à l’agenda du président Biden.

En somme, ce qu’il faut noter est que pour le moment, tout se passe bien, mais que la nouvelle administration sera à surveiller, particulièrement dans le scénario où le nombre de cas de coronavirus poursuivent leur ascension aux États-Unis.

Une nouvelle annonce de vaccin propulse les marchés à la hausse

Pfizer et BioNTech ont annoncé lundi que leur vaccin contre la COVID-19 était efficace à plus de 90% dans la prévention du coronavirus parmi les personnes sans preuve d’infection préalable. D’ailleurs, le président-directeur général de Pfizer, le Dr Albert Bourla, a affirmé sur les ondes de CNBC : « Je pense que nous pouvons voir la lumière au bout du tunnel. Je crois que c’est probablement l’avancée médicale la plus importante des 100 dernières années, si vous comptez l’impact que cela aura sur la santé publique et l’économie mondiale. »

Comme vous pouvez vous en douter, cette importante annonce a propulsé de nombreuses entreprises à la hausse. Si on jette un œil à l’indice phare des États-Unis, le S&P500, à travers son fond négocié en Bourse le SPDR S&P 500 Trust ETF (ARCA : SPY), on voit clairement la grosse chandelle rouge qui, à l’ouverture lundi était en hausse de +3.94% et qui a finalement clôturé à +1.26%.

Enfin, en ce qui concerne l’entreprise concernée, soit Pfizer inc. (NYSE : PFE), le titre a clôturé en hausse de 7.69%.

Or, ce qui est très intéressant, est que, la même journée, selon un document déposé auprès des autorités boursières américaines de la SEC en août dernier, M. Bourla, le président directeur général a vendu 132 508 actions au prix de 41.94 $, soit l’équivalant à près de 5,6 millions de dollars. De plus, la vice-présidente des laboratoires, Sally Susman, a aussi vendu 43 662 actions, d’une valeur de 1.8 million de dollars.

En somme, ce mouvement de vente peut paraitre curieux, particulièrement à la suite de cette annonce. C’est pourquoi il sera très important de suivre les développements de ce fameux vaccin.

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance. Analyste et contributeur chez DayTrader Canada.

Sources :

[1] https://www.interactivebrokers.com/fr/home.php
[2] https://www.thinkorswim.com/t/index.html
[3] https://www.investopedia.com/
[4] https://www.barchart.com/
[5] https://www.investing.com/
https://www.businessinsider.com/biden-osterholm-covid-national-lockdown-economy-coronavirus-advisory-board-2020-11
https://www.koyfin.com/share/xUYxzXDz1R?view=chart
https://www.cnbc.com/2020/11/12/us-jobless-claims-709000-vs-740000-estimate.html
https://www.lapresse.ca/affaires/marches/2020-11-11/vaccin-contre-la-covid-19/le-pdg-de-pfizer-a-vendu-des-actions-le-jour-de-l-annonce.php
https://www.cnbc.com/2020/11/09/covid-vaccine-pfizer-drug-is-more-than-90percent-effective-in-preventing-infection.html

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.
Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.
DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Add comment


Solve : *
21 + 19 =