Billet Boursier

Toujours plus haut la crypto

Toujours plus haut la crypto

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

 

Les devises cryptos, ou cryptoactifs, ont parcourus un terrain phénoménal du point de vue de l’investisseur moyen. Que ce soit directement avec le Bitcoin, roi indétrôné de la cryptosphère, ou encore par l’incorporation d’investissements de mining dans un portefeuille traditionnel, ces actifs de nouvelle génération ne passent pas inaperçus. Cet univers, aussi prolifique soit-il, demeure controversé et redouté des plus aguerris sur Wall Street. La monnaie digitale de choix a cependant franchi une étape importante pour l’adoption de masse, ou du moins l’acceptation élargie; un fond négocié en bourse (FNB, ETF en anglais) sur le Bitcoin fait son entrée en bourse aux États-Unis.

 

Reculons cependant de quelques mois avant tout. Le début 2021 marque une effervescence encore aujourd’hui inégalée, un niveau qui dépasse facilement la frénésie de 2017. Alors que le Bitcoin débute le Nouvel An juste sous la barre des $30,000 US, il atteindra un sommet historique de $64,760 US à la mi-avril. Un ‘’maigre’’ rendement de 117% en l’espace de quelque mois, de quoi faire sourciller même ses détracteurs les plus endurcis. A ce moment, l’univers des actifs digitaux bat son plein, avec des promesses d’efficience, de faibles coûts et de milliers de transactions par secondes venant d’écosystèmes inconnus du commun des mortels. Son plus proche rival, l’Ethereum, a fait ses débuts en 2021 à environ $730 US, pour terminer son ascension à la mi-mai à près de $4,400 US. Ce rendement ahurissant de 500% devenait une promesse longuement attendue de plusieurs adeptes.

 

Cependant, comme plusieurs analystes, certains qualifiés, d’autres moins, prennent un vilain plaisir à le rappeler, ce type d’actif est encore aujourd’hui incompris et volatile. Il ne fallut que quelques semaines pour ces actifs de se replier vers des niveaux précédemment vu en début mars. L’Ethereum, par exemple, a connu un recul de 58% de sommet, un comportement réciproque du Bitcoin, ayant subi un revers de 50%. Il est encore aujourd’hui fréquent de voir ce genre de montagnes russes dans les cours des cryptoactifs (et parfois beaucoup plus), puisque certains détiennent toujours d’énormes sommes sous différents portefeuilles, capables d’influencer le marché à eux seuls. Ces individus, qualifiés de whales dans le jargon, en profitent souvent pour engranger des profits alors que la vague est encore élevée, laissant les plus petits investisseurs dans les remous d’une vague qui s’affaisse.

 

Source: Paul Chiasson – La Presse Canadienne

Non seulement cet univers est volatile et réactif, il est également un malaimé des autorités financières à travers le monde. Le 24 septembre dernier, la Chine déclarait que toutes transactions d’actifs cryptographiques étaient désormais illégales. Les motifs derrière cette annonce soulèvent notamment un danger potentiel aux actifs des Chinois ainsi qu’une volatilité incontrôlable, en plus d’un autre moyen pour blanchir de l’argent sous un haut degré d’anonymat. Le Bitcoin a chuté de $2,000 US seulement avec cette annonce. Cette interdiction a également causé certains ennuis aux mineurs de crypto. Ces mineurs, qui utilisent une quantité astronomique d’électricité afin d’alimenter leurs fermes de minage, ont fait face à quelques tracas de logistique. Ces fermes ayant des tailles d’entrepôts remplies de câblage, de cartes graphiques, d’ordinateurs dédiés et de système de ventilation ont été obligées de se relocaliser.

 

Il ne s’agit cependant pas de la première interdiction sur les actifs digitaux en Chine.  En 2013, une interdiction sur les transactions réglées à l’aide du Bitcoin. L’hiver 2017 a connu une investigation de manipulation de marché et blanchiment d’argent. L’Automne 2017 a suivi avec une interdiction sur les ICOs (Initial Coin Offerings). En 2019 les premières pensées sur l’interdiction complète des cryptoactifs, sans se concrétiser, et en 2021 viendra ladite interdiction autant que le minage que sur tout service à dénomination cryptographique.

 

Le Bitcoin s’est cependant remis de tous ces jabs, et a même retrouvé un niveau très près de son sommet historique, avoisinant les $62,000 US en date du 18 octobre. La raison de cette récente progression a toutefois un élément clé bien important. L’ouverture tant attendue de la SEC (Securities Exchange Commission) à intégrer un fond négocié en bourse sur la Bourse de New York. Ce fond, Bitcoin Strategy (NYSE:BITO), conçu par la firme ProShares, débuta son chemin ce mardi 19 octobre, marquant un pas de géant vers une visibilité sur le monde entier. Contrairement à détenir l’actif digital sous-jacent qui comporte souvent plus de risque et incorpore davantage d’étapes, le véhicule proposé ici se fait aux côtés de n’importe quelle autre action cotée en bourse. Selon plusieurs spécialistes, une vague de véhicules d’investissement à saveur cryptographique est à prévoir sur les marchés.

 

Les États-Unis se retrouvent donc aux côtés du Canada, où ce type d’investissement existe depuis plusieurs mois déjà. Les premiers FNB canadiens liés au Bitcoin ont été adoptés au début de 2021, ce qui n’a fait qu’engendrer de nouvelles inclusions sur les marchés. Trois fonds liés à l’Ethereum ont même été approuvés en avril 2021, une vraie course contre la montre. Le premier FNB lié au Bitcoin au Canada, proposé par Purpose Investments, approuvé en février dernier, a atteint un volume de $400 millions dans ces 2 premiers jours sur le marché. Il s’agit ici d’une mesure importante lorsque nous traversons la frontière du sud. Le marché américain est beaucoup plus important en termes de volume et d’investisseurs. Cette nouvelle portée ouvre la voie sur un monde beaucoup plus structuré et rigide que ce qui est généralement connu dans le monde digital. Ce nouveau marché est cependant avide de rendement et d’argent rapide après avoir emmagasiné de bons coups sur les marchés boursiers avec la pandémie.

 

Il demeure difficile d’évaluer le potentiel de l’inclusion du Bitcoin (peu importe sa forme) sur les marchés américains. Les adeptes de cryptoactifs y voient cependant plusieurs avantages. Diversification de portefeuille, exposition à un marché en développement, une adoption potentiellement accélérée, et la liste continue. Certains croient même que la couverture contre l’inflation pourra même se faire à l’aide du Bitcoin jusqu’à détrôner l’or qui règne depuis des lunes comme valeur refuge en temps difficile.

 

Sources : 

https://www.bbc.com/news/technology-58678907

https://www.bnnbloomberg.ca/first-u-s-bitcoin-futures-etf-may-debut-monday-filing-says-1.1667062

https://www.coindesk.com/markets/2021/04/16/canada-approves-three-ethereum-etfs-in-one-day/

https://www.newswire.ca/news-releases/evolve-plans-to-launch-canada-s-first-multi-cryptocurrency-etf-tsx-etc-on-wednesday-september-29-2021-898326947.html

https://www.lapresse.ca/affaires/marches/2021-10-18/entree-historique-du-bitcoin-a-wall-street.php

https://qz.com/2065015/how-chinas-new-ban-on-crypto-breaks-from-the-past/

 

L’auteur de ce billet déclare détenir du Bitcoin et de l’Ethereum. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Add comment


Solve : *
23 × 8 =