Quand les grands écrans s’inclinent au profit des petits écrans

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

L’industrie du cinéma a encaissé plusieurs coups depuis le début de la pandémie. Fermetures, restrictions, mesures sanitaires, mais surtout, changements d’habitudes. Alors que les sorties au cinéma prenaient couramment part aux sorties usuelles, l’habitude semble s’être perdue suite de 2 ans de canapé à dévorer les séries et films, tous disponibles au bout de nos doigts. Cette semaine, le #2 mondial des opérateurs de cinémas, Cineworld Group (LON :CINE), confirma qu’il contemplait la faillite sur le sol américain. Il est vrai que le secteur sort de la pandémie plutôt défigurée et que les différents opérateurs peinent à retrouver leur souffle. Est-ce que les primeurs cinématographiques devraient se déplacer vers le petit écran, puisque les spectateurs ne semblent pas vouloir se déplacer au grand écran?

La chaîne de cinéma britannique a débuté ses opérations vers la fin des années 90. La croissance rapide de la chaîne a retenu l’attention du groupe très connu Blackstone (NYSE :BX), qui acheta la bannière en 2004. Le groupe de capital de risque demeure propriétaire de Cineworld jusqu’en 2007, où il devint public, sur la bourse de Londres, listé pour la modique somme de 1.70£. Blackstone réduit sa position à 20%, pour finalement en sortir complètement en 2010. Une série d’acquisitions suivra entre les années 2012 et 2019, période où le groupe acquerra Cinema City International en Pologne, Regal Entertainment aux États-Unis et annonçait son intention d’acheter Cineplex (TSX :CGX), en sol canadien.

Source: Statista, Mars 2022 – Leading cinema circuits in the US and Canada, by # of screens 

La dernière acquisition, comme vous le savez peut-être, s’est plutôt soldée en un jugement contre Cineworld, et s’est vu ordonner un paiement de 1,25 milliard de dollars canadiens envers Cineplex. Il s’agit d’un résultat du différend suite à ce que Cineworld ait reculé de leur intention d’achat en 2020 suite à la pandémie. Il est à noter que le montage financier de la transaction prévoyait notamment de contracter une dette de 2,3 milliards, structure financière plutôt difficile à justifier quand les bénéfices sont au négatif. De l’autre côté, Cineplex annonçait la semaine dernière ses résultats du 2e trimestre de 2022. Les investisseurs ont été agréablement surpris avec un bénéfice net positif pour la première fois depuis le début de la pandémie. Les ventes de près de 350 millions ont été transformées en un bénéfice de 1,3 million, soit un BPA de 2 sous. Quoique cette performance ne soit pas fulgurante, il s’agit tout de même d’une étape critique pour la compagnie, qui a vu ses revenus fondre de 1,67 milliard en 2019 à 133 millions en 2020, une diminution de 92%. Ce trimestre a été influencé positivement par la reprise dans le créneau de l’amusement (augmentation de 181%) et du cinéma, augmentant de 10% versus 2021.

Source: TradingView – LON:CINE & TSX :CGX performance de janvier 2019 à août 2022 

Ce qui nous ramène donc à la performance financière de Cineworld. La compagnie contemple aujourd’hui de se placer volontairement sous le Chapitre 11 de la faillite aux États-Unis. À noter que le Chapitre 11 est classé comme une réorganisation corporative et financière, pendant laquelle elle demeure protégée de ses créanciers. La compagnie peut demeurer en opération durant cette phase. Le Chapitre 7 quant à lui, réfère à la liquidation des actifs et distribution des produits aux créanciers et, s’il y a excès, aux actionnaires. Cineworld se dit notamment en discussions avec plusieurs de ses investisseurs d’importance afin d’explorer les options disponibles.

Les revenus de 2021 ont été de 1.80 milliard de dollars américains, dont près de 68% ont été générés aux États-Unis. 19% au Royaume-Uni & Irlande, et le reste étant répartis à travers 7 autres pays. Malgré qu’il s’agisse d’une hausse de 112% par rapport à 2020, cela s’établit tout de même à un niveau 59% plus bas que 2019. Le bilan montre également des dettes longs termes de 5 milliards, une augmentation de 400 millions de dollars depuis 2020. Les flux monétaires provenant des opérations, insuffisants en 2020, semblaient remonter la pente en 2021. Toutefois des paiements élevés étaient dus en intérêts, en plus de devoir utiliser un montant additionnel de 526 millions sur leur marge et autre prêts.

Quoique rien ne soit encore officialisé, la nouvelle a envoyé une nouvelle vague d’incertitude sur les grands opérateurs de salles de cinéma. Cineplex perdait 2% ce lundi, Cineworld 20%, sans surprise, AMC Entertainment Holdings (NYSE :AMC) reculait de 42% et Cinemark (NYSE :CNK) près de 6%. D’ailleurs, l’une des raisons soulevées par le management de Regal Cinemas, filiale de Cineworld, est le manque de gros titre au box-office, n’attirant ainsi pas la même foule qu’autrefois. Les questions se posent ainsi à savoir si l’industrie ne se dirigerait pas plutôt vers un changement précipité vers la manière dont les nouveautés sont consommées par les cinéphiles.

Les consommateurs ont eu amplement de temps pour s’acclimater à leurs divers services de contenus en ligne. Et si les compagnies comme Netflix (NASDAQ : NFLX), Walt Disney Company (NYSE :DIS) ou encore Hulu venaient qu’à bénéficier de droits de diffusions sur les nouveautés? Évidemment, le visionnement demanderait un paiement ponctuel supplémentaire, tout comme les locations de films digitaux sur d’autres plateformes. Cette avenue rendrait virtuellement inutiles les cinémas tels que nous les connaissons aujourd’hui, en laissant intact le désir de plusieurs de rester dans le confort de leur foyer. Ce ne sont que des hypothèses farfelues pour le moment. Toutefois, les experts s’entendent pour dire que l’industrie n’est peut-être pas encore sortie de sa misère et que les opérateurs endettés pourraient très bien faire face à une situation similaire si les foules ne retournaient pas en salles prochainement.

Sources :

https://www.bnnbloomberg.ca/cineworld-says-it-considers-filing-for-bankruptcy-in-the-us-1.1808637

https://www.newswire.ca/news-releases/cineplex-q2-2022-reports-positive-net-income-and-strongest-results-since-pandemic-began-881034674.html#:~:text=We%20generated%20positive%20net%20income,quarterly%20record%20CPP%20of%20%248.84

https://financialpost.com/pmn/business-pmn/cineworlds-possible-bankruptcy-puts-cinema-industry-under-the-spotlight

https://financialpost.com/pmn/business-pmn/from-chasing-deals-to-turning-off-screens-cineworld-on-the-brink

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés ni avoir l’intention d’initier de positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.