Mais que s’est-il passé avec le nickel ?

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

Un évènement peu ordinaire s’est déroulé la semaine dernière sur le London Metal Exchange (LME). Alors que les marchés recevaient des bribes d’information de part et d’autre sur la situation en Ukraine, du prix de l’essence et des tensions mondiales, d’autres commodités se sont emballées. Le prix du Nickel s’est enflammé en quelques heures pour atteindre des sommets jamais vus auparavant. Si certains d’entre vous ont vu le film The Big Short, il s’agit en fait d’une réplique, à plus petite échelle. Et, tout comme dans le film, certains y gagnent, au détriment des autres qui subissent. Mais que s’est-il réellement passé?

Tout d’abord, regardons ce que le LME offre. Il s’agit d’un marché quelque peu différent que les marchés d’actions standards tels le Toronto Stock Exchange, le Nasdaq ou encore la Bourse de Londres. Le London Metal Exchange est un marché centralisé pour l’achat et la vente de métaux, majoritairement sous format de contrats futures (soit des contrats fixant le prix d’achat ou de vente à une date déterminée). Ce marché permet entre autres aux producteurs et aux acheteurs d’acquérir ces contrats afin de vendre leur propre inventaire de métaux ou encore de s’y procurer une couverture, qui sert davantage de protection contre les hausses ou baisse du prix d’un métal spécifique. Il est également possible de prendre des livraisons de ces métaux si nécessaire, dans des entrepôts approuvés et inspectés par la LME.

Le nickel, commodité courante du marché du LME, se transigeait aux environs de 22 ou 23 000$ USD la tonne métrique à la fin février. Le 7 mars aura été une journée un peu plus mouvementée, avec des prix augmentant à près de 48 000$, une augmentation considérable, même avec la volatilité connue des marchés mondiaux ces dernières semaines.

Le lendemain, soit le 8 mars, le cours du nickel ouvre, déjà à son niveau le plus élevé jamais vu. C’est à ce moment que les courtiers ont pu être témoins d’une montée fulgurante du cours de la ressource. À regarder le graphique de prix, on jurerait les montées paraboliques dont certaines cryptomonnaies ont enregistrées dans leurs histoires, à l’exception ici que l’actif est bien réel et tangible. En moins de 18 minutes, le 48 000$ s’est propulsé au-delà de la barre des 100 000$ par tonne métrique. Il s’agit d’une augmentation de près de 250% en moins de 24h, peignant ainsi un tableau ahurissant pour tous.

Ces 18 minutes chaotiques ont été suffisantes pour le LME de halter les transactions sur le cours du nickel. Toutes les transactions de cette matinée ont également été annulées, estimées àprès de 3.9 milliards de dollars selon Bloomberg. Cette halte a été maintenue plusieurs jours,et la reprise du cours s’est faite ce dernier mardi. Quoiqu’il ne s’agisse pas de la première halte de l’histoire sur le cours du nickel, quelques-uns se souviennent de la halte des années 80, où le prix a subi une augmentation de son cours de 50% en moins de 5 minutes. À cette époque, il s’agissait en fait d’un manque de vendeurs qui aurait déclenché cette folie.

Et aujourd’hui, quelle en a été la cause ? Un short squeeze d’envergure par une compagnie chinoise, Tsingshan Holding Group. La compagnie avait amassé une position énorme qui allait contre le prix du nickel. Cette position dite short, engrange des profits lorsque le cours diminue. Or, l’inverse s’est produit, déclenchant une série d’incidents. La position étant largement déficitaire déclencha des appels de marges auprès des courtiers de la compagnie, afin de renflouer la marge, ou de la couvrir en achetant la position inverse.

Ce faisant, une quantité incroyable d’achats se faisait sur le marché afin de couvrir cette position short, propulsant la demande, et son prix, puisque la quantité offerte sur le marché ne pouvait s’ajuster aussi rapidement que la demande globale. Résultat : un prix parabolique et des pertes quantifiés en termes de milliards pour la compagnie chinoise. La situation rappelle en fait ce que certains vendeurs à découvert ont subi sur le titre boursier de GameStop (NYSE : GME) l’an dernier.

Certains analystes qualifient la situation de « tempête idéale ». Alors que le cours du nickel reprenait des forces après l’annonce de la première vague liée à la Covid-19, la compagnie chinoise ne croyant pas à la reprise en force de la ressource, prit le pari contre celle-ci, et de manière agressive. La guerre entre la Russie et l’Ukraine a ensuite bousculé les marchés, dont le prix de l’essence, mais également le prix de certaines commodités telles que le nickel. La production globale du nickel provient à 7% de la Russie et l’approvisionnement est devenu tout sauf certain au cours des dernières semaines. Cette incertitude, comme le commun du mortel a pu le voir avec le prix de l’essence, a fait monter le prix du nickel également, déclenchant ainsi le début de la fin du short squeeze.

Aujourd’hui, JPMorgan Chase (NYSE : JPM) se dit encore en discussion avec le groupe chinois afin de discuter d’un règlement potentiel sur leurs contrats en défaut.

La grande différence entre la situation de GameStop et celle-ci, comme le rappelle Mark Hansen, CEO de la maison de courtage Concord Resources, est que le nickel touche des millions d’individus indirectement. Il s’agit d’une composante indispensable dans la fabrication des batteries de véhicules électriques, de l’acier inoxydable et d’autres composantes électroniques. Des notices ont été envoyées par certaines grandes compagnies, à leur clientèle, afin de leur indiquer que le coût de la matière première augmentera et que sa disponibilité sur les marchés elle, diminuera.

Plusieurs dénoncent cette crise créée de manière strictement artificielle et poussent maintenant pour une règlementation mieux encadrée autour des positions à découvert en titre de pari sur le mouvement des prix.

Sources :

https://www.wsj.com/articles/nickel-price-surge-puts-chinese-manufacturers-in-a-bind-11647261436?mod=markets_lead_pos3

https://www.reuters.com/business/energy/lme-nickel-trading-halted-big-short-hits-big-trouble-andy-home-2022-03-08/

https://www.bnnbloomberg.ca/the-18-minutes-of-trading-chaos-that-broke-the-nickel-market-1.1737377

https://www.marketwatch.com/story/london-market-exchange-to-resume-nickel-trading-wednesday-271647291880

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés ni avoir l’intention d’initier de positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.