Billet Boursier

L’or : est-ce encore une valeur refuge?

L’or : est-ce encore une valeur refuge?

L’or : est-ce encore une valeur refuge?

Depuis de nombreuses années, il est commun d’entendre de nombreux investisseurs décrire l’or comme étant la valeur refuge par excellence. Tout d’abord, il est important de comprendre ce qu’est une valeur refuge. Ainsi, cette dernière se décrit comme « Valeur permettant un investissement sécurisé en cas de crise ou de dépression » [1].

De ce fait, bien que la plupart des économistes s’accordent pour dire que l’or est une valeur refuge, il est important de se rappeler que les caractéristiques de la valeur refuge peuvent changer à mesure que l’or devient un moyen de plus en plus utilisé pour se protéger contre le marché des actions. En effet, les investisseurs qui détiennent des quantités importantes d’or dans leurs portefeuilles peuvent être obligés de vendre l’entièreté ou une partie de leurs avoirs en or en période de tension sur les marchés boursiers lorsqu’ils font face à des appels sur marge ou de manque de liquidité pour d’autres avoirs en portefeuille.

D’ailleurs ce dernier point est particulièrement intéressant, puisque dans les faits, les prix de l’or ont initialement chuté après la faillite de Lehman Brothers en raison de ventes forcées d’or par les institutions financières ayant fait faillite (voir graphique ci-dessous). Ainsi, contre toute attente, bien que valeur refuge lors de la dernière crise économique, l’or a tout de même chuté en même temps que les marchés à un certain moment.

Graphique: Prix de l’or (ligne jaune, échelle de droite) et S&P 500 (ligne bleue, échelle de gauche) de 2007 à 2009

Ainsi, il ne faut pas voir l’or comme une valeur infaillible, mais plutôt comme une police d’assurance. Cela s’explique par l’historique de l’or. En effet, l’or a longtemps été la monnaie d’échange par excellence. Sa place dans le système monétaire international se reporte à Babylone plus de 2000 ans avant notre ère. Ainsi, à travers le temps, l’or a gagné le nom de « valeur la plus sécuritaire existante ».

De ce fait, puisque l’utilisation de la monnaie fiduciaire reste une invention du 21e siècle, lorsque la confiance en cette dernière diminue, le prix de l’or augmente. Contrairement aux monnaies fiduciaires, l’or est une véritable marchandise qui ne peut pas être imprimée et qui a une certaine valeur intrinsèque par sa rareté ce qui établit un prix plancher. Cela est d’ailleurs l’explication de base de sa demande en période de méfiance à l’égard du système monétaire. De cette façon, le prix de l’or reflète les risques extrêmes liés au système monétaire instable.

En somme, la principale conclusion à retenir est que l’or est une valeur refuge qui protège les investisseurs pendant les crises, mais pas nécessairement en temps normal. Il s’agit plutôt d’une protection contre les risques systémiques, une assurance contre le système monétaire actuel basé sur le dollar américain.

C’est d’ailleurs ce que l’on a pu observer en 2020, lors de la crise sanitaire occasionnée par la pandémie de COVID-19. En effet, lors des périodes d’incertitude attribuable à la hausse de cas de COVID-19 ou de mésentente politique, le prix de l’or grimpait en flèche. À l’inverse, lorsque la sécurité attribuable à un vaccin ou lorsque le plan de sauvetage tant attendu était finalement approuvé l’or chutait rapidement. Le graphique ci-dessous démontre que lors de l’annonce de Pfizer (NYSE :PFE) et BioNTech que leur vaccin était efficace à 90%, le S&P 500 a connu une accélération haussière, alors que le prix de l’or a chuté drastiquement, perdant près de 10% à son plus bas.

Finalement, pour les négociateurs actifs qui souhaiteraient transiger l’or, il existe plusieurs fonds négociés en Bourse. Tout d’abord, il existe le SPDR Gold Trust (NYSE : GLD). GLD est un produit relativement simple et les actifs sous-jacents sont constitués de lingots d’or stockés dans des coffres-forts sécurisés. Ensuite, il existe un FNB à effet de levier 3x, soit le VelocityShares 3x Long Gold ETN (NYSE : UGLD). UGLD est constitué d’un indice composé de contrats à terme sur or. Finalement, il existe également des FNB pour ceux qui souhaitent transiger l’or à la baisse, soit le ProShares UltraShort Gold (NYSE : GLL) qui possède un effet de levier multiplié par deux sur le lingot d’or, ce qui en fait un outil puissant pour les investisseurs ayant des perspectives baissières à court terme.

Encore des annulations de 737 MAX pour Boeing

Alors que l’industrie aéronautique tente tant bien que mal de se remettre de la crise occasionnée par la COVID-19, Boeing (NYSE :BA) annonçait mardi encore davantage d’annulations de son 737 Max. En effet, alors que de plus en plus de solutions sont proposées par les compagnies aériennes pour que les avions reprennent le ciel, tel que la mise en place de tests rapide, le producteur d’avions américains a enregistré plus d’annulations que de commandes pour son avion 737 MAX le mois dernier.

Boeing a déclaré que des clients, dont Virgin Australia et Air Lease, avaient annulé des commandes de 88 avions MAX. Virgin Australia a toutefois modifié sa commande pour inclure 25 des 737 Max 10, un modèle plus grand qui devrait être livré à partir de la mi-2023.

Cette nouvelle a fait chuter le titre de près de -1% mardi. De plus, d’un point de vue graphique, le titre a également atteint une importante zone de résistance, soit un ancien « gap » baissier. Comme démontré dans le graphique ci-dessous, il sera important que l’avionneur dépasse la zone du 240$ pour s’assurer une poursuite de sa hausse. À l’heure actuelle, un repli ou une période de consolidation pourrait se produire pour quelques jours.

Sur une note plus positive, le transporteur brésilien Gol (GOLL4F) est sur le point de devenir la première compagnie aérienne à voler à nouveau commercialement un modèle MAX depuis son arrêt de vol obligatoire. À cet effet, un vol est prévu mercredi.

De plus, American Airlines (NASDAQ :AAL) est en passe de devenir le premier transporteur américain à reprendre les vols commerciaux avec le MAX, pour des vols le 29 décembre avec les premières liaisons entre Miami et l’aéroport LaGuardia de New York. Enfin, American Airlines commencera à offrir aux voyageurs des tests Covid-19 à domicile à 129 $ donnant des résultats qui peuvent les aider à éviter les quarantaines une fois à destination.

L’initiative, qui était prévue de commencer mercredi pour les voyages commençant samedi, est la toute dernière initiative des compagnies aériennes à essayer d’encourager les réservations de sièges

En somme, avec le temps des fêtes à nos portes, il sera très intéressant d’analyser le comportement des compagnies aériennes qui profite habituellement de ce temps de l’année

 

Comment bien allouer son capital?

L’allocation de capital est un élément extrêmement important du trading. En effet, par expérience, je serais prêt à affirmer que l’allocation de capital joue un rôle aussi important, si non plus, que la sélection de titres elle-même. Une allocation de capital permet de gérer son risque de façon optimale afin de laisser courir ses gains et couper ses pertes rapidement. J’irais même jusqu’à affirmer que la volonté première d’un investisseur devrait être la préservation de son capital.

Ainsi, l’allocation du capital dépend de l’expérience de l’investisseur ainsi que de son capital. De ce fait, un négociant débutant commencera avec une ou deux positions, tandis qu’un négociant expérimenté pourra initier et gérer un plus grand nombre de positions simultanément. De plus, comme présentée dans le tableau ci-dessous, l’allocation en capitale variera selon le capital du négociant :

Capital dédié (sans marge)Min. % suggéré par positionMax. % suggéré par positionFNB indiciel Min. % suggéré par positionFNB indiciel Max. % suggéré par position
10 000 $30 %50 %40%60%
25 000 $25 %40 %32.5 %50 %
50 000 $15 %30 %22.5 %35 %
100 000 $10 %20 %15 %25 %
250 000 $5 %15 %10 %20 %
1 000 000 $5 %10 %10 %15 %

De plus, en ce qui concerne la gestion de perte, il est important d’avoir des règles strictes à cet effet. Par exemple, il est recommandé que dès que la totalité des pertes atteint le seuil du 1% à 2% du capital/équité total actuel à l’intérieur d’une période de 5 jours ouvrables, on arrête de transiger pour les 5 prochains jours ouvrables et comprendre la raison ces pertes. Ensuite, si l’on recommence et que la totalité des pertes atteint 2% à 4% sur une période de 20 jours ouvrables, on doit arrêter pour 20 jours et recommencer à faire de la simulation et analyser l’ensemble de ses transactions dans le but de recommencer sur le bon pied.

Enfin, il n’est également pas recommandé de commencer à transiger avant d’avoir fait de la simulation jusqu’à ce qu’on soit profitable de manière constante. Avec ces règles, jumelé à une bonne stratégie d’entrée et de sortie, un trader devrait être en mesure d’atteindre la profitabilité constante.

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance. Analyste et contributeur chez DayTrader Canada.

Sources :

https://www.cnbc.com/2020/12/08/boeing-reports-more-737-max-cancellations-in-november.html
http://news.aa.com/news/news-details/2020/American-Airlines-Offers-Preflight-COVID-19-Testing-For-All-US-Destinations-with-Travel-Requirements-OPS-DIS-12/default.aspx.
Manuel action 3 jours DayTrader Canada.
https://etfdb.com/etf/UGLD/
https://etfdb.com/etf/GLD/
https://etfdb.com/etf/GLL/
[1] https://www.britannica.com/topic/money
https://seekingalpha.com/symbol/GLD
https://www.fool.com/investing/2018/04/18/is-gold-a-safe-investment.aspx

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.
Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.
DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Add comment


Solve : *
2 × 27 =