Les techs en déroute!

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

Le marché boursier continue son chemin quelque peu inquiétant cette semaine. Après avoir reculé de près de 6% en une semaine, le S&P/TSX semble se calmer un peu. Plusieurs titres retiennent l’attention cependant; Peloton, Netflix et tous les titres reliés à la fabrication de micropuces. Un regard rapide sur ces titres à volatilité élevée de cette dernière semaine.

Commençons avec Peloton (NASDAQ :PTON), qui a connu un recul de près de 12% dans la dernière semaine. Cette vedette née de la folie de la pandémie et des ordres de travail à la maison s’est écroulée dans les derniers mois. Alors que le titre se trouvait à près de 130$ US, il est aujourd’hui à tout juste en bas de 27$ US, une dégringolade de 80%. Les derniers résultats de la compagnie ont montré une diminution drastique des utilisateurs. La production est même en voie d’être revue et pourrait même être arrêtée pendant les mois de février et mars. La demande pour les vélos stationnaires et les tapis de course semble s’être cognée à un carnet de commandes plutôt vide. Au prix actuel, Peloton est revenue sensiblement au même niveau que lors de son IPO (Initial Public Offering) en 2019, effaçant ainsi près de 2.5 milliards de dollars de leur capitalisation boursière.

Si nous regardons maintenant du côté de Netflix (NASDAQ :NFLX), nous aurons les grands titres selon lesquels la compagnie la plus populaire de vidéo diffusion a connu son pire jour sur les marchés boursiers de la dernière décennie. Un recul de 25% a été enregistré lors du 23 janvier dernier, suivant les annonces trimestrielles où la croissance la plus faible depuis 2015 a été mise en lumière. Avec l’entrée de nouveaux joueurs dans l’industrie (en plus d’autres alternatives), Netflix pourrait très bien entrer dans une période de croissance plus lente. Un « maigre » 18 millions d’utilisateurs ont été ajoutés dans la dernière année, alors que l’historique pointe plutôt vers une moyenne de 26 millions sur les cinq dernières années.

De l’autre côté, alors que les mauvaises nouvelles affectant Netflix auraient bénéficié Disney (NYSE :DIS), son titre a également subi une chute de 10.5% dans la dernière semaine. Cette baisse généralisée dans le secteur pointe vers le sentiment des analystes qui semble devenir de plus en plus inquiétant quant à la performance réelle de l’industrie. Il est à noter que Netflix annonça des augmentations de prix pour ses abonnés canadiens et américains, représentant une augmentation entre 10% et 11% selon le forfait d’abonnement. Cette dernière augmentation, juxtaposée avec la baisse flagrante de nouveaux abonnés laisse perplexe sur les marchés et éveille même les limites des consommateurs à payer ces augmentations.

Alors que la saison des résultats financiers bat son plein, Microsoft (NASDAQ :MSFT) a été le premier des grandes techs à montrer ses cartes. Les revenus de ce dernier ont grimpé tout au long de la dernière année, mais a toutefois enregistré une décélération au niveau des revenus de ses services infonuagiques Azure. Lorsque les analystes parlent d’une décélération, il est important de noter que la croissance de 46% enregistrée a été moins élevée que prévu, qui était de 50%. Certains analystes, dont Brent Thill, analyste chez Jefferies LLC, croit que les investisseurs auront vu le plus haut moment de la croissance de ces services et s’attendent à ce que ce créneau diminue dans les mois à venir.

Il est vrai que la pandémie aura accéléré à un rythme jamais vu auparavant, l’adoption de masse de la technologie à travers l’économie dans sa globalité. La marge brute des services infonuagiques commerciaux, soit les revenus moins les coûts directs de production, s’est tenue à près de 70%, et aura enregistré 22.1 milliards de dollars US lors du dernier trimestre. Le créneau du matériel, comme la bien connue suite Office ainsi que les consoles de jeux Xbox et le système d’exploitation Windows auront connu une croissance respective de 19%, 4% et 25%. Microsoft a également annoncé la semaine dernière les détails de la transaction dans laquelle la compagnie fera l’acquisition de Activision Blizzard (NASDAQ :ATVI), pour une considération de 68.7 milliards US. Activision est notamment connu pour les franchises telles que Call of Duty et World of Warcraft.

Ce ne serait pas un réel tour des compagnies technologiques si nous ne parlions pas des fabricants de micropuces et semi-conducteurs. Texas Instruments (NASDAQ :TXN) a été le premier à dévoiler ses résultats. Intel, AMD et Nvidia divulgueront leurs résultats plus tard cette semaine. Les marchés ont anticipé de mauvaises nouvelles pour l’ensemble des fabricants, plongeant leurs titres dans une chute prématurée. Texas Instruments a cependant dévoilé des résultats au-dessus des attentes de Wall Street et prévoit un pipeline solide pour 2022. La compagnie dit se concentrer de manière stratégique sur les secteurs industriels et les puces électroniques pour voitures.

Toutefois, même ces bons résultats n’ont pas su freiner la tendance baissière. Les problèmes d’approvisionnement reliés à la pénurie de micropuces, gracieuseté de la COVID-19, devraient perdurer encore tout au long de 2022. Les inventaires de tous les fabricants sont dégarnis et pourraient même causer d’autres fermetures d’usines, rien pour rassurer les marchés.

Les doutes perdurent toujours et sont d’autant plus accentués au niveau des compagnies de technologie. Les baisses de prix enregistrés au cours des dernières semaines peuvent cependant devenir des opportunités d’achat intéressantes. Netflix par exemple, réussi tout de même à amasser les nouveaux utilisateurs, même à un rythme moindre. Dans le cas des fabricants de micropuces, leur carnet de commandes est plus que rempli et ne devrait donc pas faire face à un manque de demande de leur produit dans les mois (voir année), à venir. Il s’agit d’un bon moment pour rebalancer son portefeuille et faire ses recherches si l’on veut s’exposer à un nouveau créneau ou nouvelle compagnie.

Sources : 

https://www.cnbc.com/2022/01/21/peloton-plunge-netflix-miss-send-nasdaq-to-worst-week-since-march-2020.html

https://www.marketwatch.com/story/chip-sector-flirting-with-bear-market-territory-as-semiconductor-earnings-kick-off-11643140209?mod=home-page

https://www.marketwatch.com/story/texas-instruments-stock-rallies-as-quarter-outlook-top-expectations-11643144999?mod=home-page

https://www.bnnbloomberg.ca/microsoft-s-slowing-cloud-growth-casts-shadow-on-strong-report-1.1713190

https://www.cbc.ca/news/business/peloton-growth-1.6322807

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés ni avoir l’intention d’initier de positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.