Le risque de contagion, un cas réel

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

Pour certains, le terme contagion ne veut pas dire grand-chose, outre les cas de transmissions d’un rhume ou autres maladies. D’autres sont un peu plus familiers avec le risque de contagion au niveau des marchés financiers. Ce risque a récolté une notoriété accrue lors du 15 septembre 2008, alors que la très célèbre firme de services financiers Lehman Brothers, annonçait sa faillite. Depuis la crise des subprimes, beaucoup d’évènements se sont déroulés sur nos marchés, quoiqu’aucun n’ait égalé la panique et la portée de celle-ci sur l’économie globale. À regarder les évènements des dernières semaines sur les marchés de cryptomonnaies, l’histoire est vouée à se répéter!

Si nous reculons de quelques semaines, les investisseurs en crypto, et même ceux qui ne le sont pas, ont pu être témoin d’une chute vertigineuse d’une cryptomonnaie bien populaire, le $LUNC (rebaptisé de son ticker original $LUNA) ainsi que sa contrepartie le $UST. Ce dernier était en réalité un stablecoin, soit une monnaie digitale qui était, en théorie, indexée au dollar américain. Un dollar américain était donc égal à 1 UST. Le $UST a été conçu comme un stablecoin algorithmique, se rebalançant lui-même à l’aide du $LUNA afin de conserver son indexation à 1$ USD. La liaison derrière ces 2 monnaies était simple. Si le $UST était au-dessus de sa valeur cible de 1$, les détenteurs de $LUNA pouvaient « brûler » ceux-ci, afin d’obtenir un montant supérieur en $UST. A l’inverse, si la valeur était sous le 1$, des achats systématiques de $UST étaient faits sur le marché, diminuant la circulation totale et donc, remontait son indexation à 1$.

Toutefois, certains ont découvert qu’il était possible de profiter de l’algorithme de rebalancement en marché baissier. Vous épargnant les détails de ces exploitations, le constat final était qu’il était possible d’acheter/vendre ces monnaies et faire un profit instantané. Ce profit instantané vient toutefois avec une pression de vente agressive et entraînait le cours du $UST plus bas, déclenchant une spirale d’opportunités de profits instantanés.

Le résultat de ces opérations? Le $LUNA est passé de 94$ à la fin avril 2022, de son record de 118$, à… 0.02$ en environ 2 semaines. La capitalisation boursière a fondu comme neige au soleil, soit de 41 milliards en avril à environ 58 millions à son plus bas. Le $UST a répliqué la même performance de son côté, rendant les 2 monnaies venant du groupe Terraform Labs plutôt futile.

Naturellement, plusieurs institutions et plateformes en tout genre avaient de l’exposition variée au $LUNA et au $UST, ce qui entraîna une série d’évènements. Non seulement les petits investisseurs ont perdu 99.9% de leur valeur sur ces titres, mais les institutions comme 3AC, ou Three Arrows Capital, le hedge fund le plus proéminent du milieu, a également souffert lourdement. Suivant les remous dans les marchés des cryptomonnaies, et traditionnels, 3AC a finalement déclaré faillite la semaine dernière, se plaçant sous le Chapitre 15 du Code des Faillites des États-Unis. Cette décision fait suite à un défaut de paiement sur une dette d’importance, qui venait de la plateforme Voyager Digital (TSX : VOYG). Nous reviendrons à cet évènement dans quelques instants.

Entre temps, la chute impressionnante a instauré un vent de panique et avec lui, une pression de vente et de retraits des plateformes de cryptomonnaies centralisées. Plutôt bien corrélé avec la dégringolade des marchés traditionnels, mais fidèle à son habitude, de manière exponentielle. Le marché des cryptomonnaies qui totalisait 2,25 mille milliards de dollars au début de 2022 s’est transformé en un marché d’environ 900M aujourd’hui. Cette instabilité a mis dans l’eau chaude plusieurs plateformes bien connues des investisseurs en cryptomonnaies et les ont obligés à suspendre les retraits de leurs plateformes, pendant qu’ils étudient la restructuration de leurs activités. Pour bon nombre d’investisseurs, « restructuration » rime très souvent avec « liquidation ».

Celsius Network a suspendu toutes activités le 13 juin dernier suivant la volatilité extrême des marchés, bloquant ainsi près de 12 milliards d’actifs de leurs utilisateurs sur leur plateforme. Celsius Network a bénéficié d’une évaluation de près de 3.25 milliards en novembre dernier suite à une levée de fonds, qui avait mis en publicité l’investissement de la Caisse de Dépôt et Placement du Québec (CDPQ) pour 750 millions. La plateforme offre notamment des taux d’intérêt alléchants sur bon nombre d’actifs cryptographiques, en plus d’offrir des prêts à taux réduit et un service d’échange de cryptomonnaies sans frais aux utilisateurs.

Dans la foulée de cette crise de liquidités, de nombreuses plateformes similaires ont annoncé les suspensions de service et de retraits de fonds de leurs plateformes, bloquant encore plus de fonds d’investisseurs. Parmi celles-ci, Celsius, CoinFLEX, Babel Finance, CoinLoan, Voyager Digital et tout récemment, Vauld ont annoncé une suspension totale ou quasi totale des retraits sous des « problèmes de liquidités ». Ces problèmes de liquidités découlent très souvent de stratégies ou pratiques d’investissement non soutenables. Des paiements sur prêts sont dus et les liquidités des plateformes ne permettent pas d’effectuer le paiement requis.

Revenons à Voyager Digital. Cette firme, cotée en bourse, a effectué un prêt évaluer à environ 670M à la firme faisant face à la faillite, 3AC. Ces quelque 15 250 $BTC et 350M$USDC sur lesquels 3AC n’a pas été en mesure de faire le paiement ont expédié leur statut vers la faillite plutôt rapidement. Le titre de Voyager a chuté de 95% ces derniers 3 mois, passant de 7.20$ à 0.34$ en date du 4 juillet 2022 en réponse à ce défaut de paiement.

Source : TMX – Cours de VOYG, avril 2022 – juillet 2022

Il est donc facile de constater la raison pour laquelle les gouvernements encadrent les agissements et capitalisations de nos banques. La faillite d’une seule de ces entités d’importance entraînerait une cascade d’évènements de défauts de paiement au travers du réseau financier. Imaginez quelques instants que tous les actifs dont vous possédez dans une banque, incluant épargnes, actions, obligations et placements divers étaient soudainement bloqués et aucune possibilité de retirer cet argent afin de payer vos dettes qui demeurent exigibles de la part de vos créanciers. Ceci inclut votre hypothèque, carte de crédit, prêt automobile, assurance, cellulaire et internet, pour en nommer quelques-uns. Il s’agit de la réalité de plusieurs investisseurs de cryptomonnaies présentement. Et dire qu’un investissement valant 1M de dollars en $LUNA à la fin avril 2022 ne vaut que 1.30$ aujourd’hui…

Sources :

https://medium.com/general_knowledge/terra-luna-ust-collapse-what-happened-step-by-step-explained-924cf6e863af

https://fortune.com/2022/06/15/crypto-3ac-three-arrows-capital-hedge-fund-insolvency-margin-call-bankruptcy-collapse-celsius/

https://www.cnbc.com/2022/07/02/crypto-hedge-fund-three-arrows-files-for-chapter-15-bankruptcy.html

https://www.coindesk.com/business/2022/06/27/voyager-digital-issues-default-notice-to-3ac-draws-down-75m-of-alameda-revolver/

https://fortune.com/2022/06/13/celsius-suspends-withdrawals-crypto-lender-market/#:~:text=%E2%80%9CDue%20to%20extreme%20market%20conditions,a%20statement%20on%20its%20website.

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés ni avoir l’intention d’initier de positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.