Billet Boursier

Interpréter les contrats à terme en dehors des heures de marché

Interpréter les contrats à terme en dehors des heures de marché

Interpréter les contrats à terme en dehors des heures de marché

Si vous avez porté attention aux émissions boursières tels que CNBC, ou même les séances de négociation hors marché présentés par notre président M.Paul, il y a de fortes chances que vous ayez déjà entendu parler de valeur des contrats à terme en dehors des heures de marché.

Pour bien comprendre ces concepts, il faut avoir une bonne idée de ce qu’est un contrat à terme. Heureusement, nous avons déjà écrit un article du blogue du négociateur actif qui l’explique, vous n’avez qu’à cliquer ici.

Pour revenir à l’interprétation des contrats à terme en dehors des heures de marché, habituellement, ils donneront une indication de l’ouverture du marché boursier le lendemain matin à 9h30. Souvent les trois indices sont présents (voir image ci-dessous), soit le Dow Jones Industrial Average, Le Nasdaq et le S&P500.

Il est important de comprendre que bien que les contrats à terme et les actions se négocient séparément, le prix de l’indice (par rapport à la valeur des contrats à terme sur indice) fournit simplement une forte indication de la façon dont le comportement initial du marché boursier se manifestera.

De ce fait, la valeur à laquelle les contrats à terme sont ne représente pas le prix d’ouverture du lendemain, mais uniquement une direction que les marchés pourraient prendre à l’ouverture.

Ensuite, lors de la lecture des contrats à terme, on peut souvent apercevoir, sous la valeur du contrat à terme, un élément qui se nomme « juste valeur » ou en anglais « fair value ».

Cet élément est basé sur la notion financière que toute détention d’action, d’obligations, d’options et de contrats à terme a un coût. Ainsi, le panier d’actions qui sous-tend un indice (par exemple, dans le cas du Dow Jones, les 30 entreprises qui le compose) a un coût et un avantage qui lui sont associés. Le coût se résume aux frais d’achat et de conservation des actions (par opposition à simplement laisser votre argent à la banque). Dans l’exemple du Dow Jones, l’avantage serait tous les dividendes que vous pourriez recevoir de ce panier de titres, que vous ne recevez pas. L’effet de ces coûts et avantages n’est généralement pas immédiatement reflété dans un indice boursier. Ainsi, le niveau final d’un indice est souvent différent de celui où il se serait terminé si les effets d’intérêt et de dividende avaient été ajoutés. C’est donc, de cette façon qu’on calcul la « juste valeur » de l’indice.

En somme, pour résumer, les contrats à terme donnent donc une idée de l’orientation du marché et la « juste valeur » vous indique un barème de comparaison. Enfin, lorsque les contrats à terme sont supérieurs à la « juste valeur », les investisseurs s’attendent à une hausse du marché, tandis que s’ils sont inférieurs, le marché est susceptible de chuter à l’ouverture.

 

Les données d’assurances emploi hebdomadaires dépassent les 3 millions pour atteindre un niveau record

Les Américains ayant perdu leur emploi à la suite de la crise de la COVID-19 ont déposé des demandes de chômage en nombre record la semaine dernière, le département du Travail faisant état jeudi d’une hausse à 3,28 millions.

La donnée brise le sommet de la Grande Récession, soit 665 000 en mars 2009 et le record de 695 000 en octobre 1982. Tel que l’on peut voir dans le graphique ci-dessous, la hausse est impressionnante :

Les estimations des économistes interrogés par Dow Jones avaient des attentes de 1,5 million de nouvelles réclamations, bien que les prévisions individuelles sur Wall Street présentaient un nombre beaucoup plus élevé. D’ailleurs, la spectaculaire hausse n’a pas semblé ébranler Wall Street, puisqu’en milieu de séance, le S&P500 était en hausse de plus de 3%, couvrant la baisse de près de 2% qu’il affichait avant l’annonce.

Cette augmentation survient au milieu d’un ralentissement massif provoqué par la crise du coronavirus. En effet, des entreprises partout au pays ont fermé leurs portes dans le cadre d’une politique de distanciation sociale visant à maîtriser la croissance exponentielle de la COVID-19. Tel que mentionné la semaine dernière dans notre article portant sur la récession, le taux de chômage représente un indicateur important pour établir si nous sommes en récession ou non.

En somme, les chiffres des réclamations d’assurance emploi ont été publiés une journée après que le Sénat a eu adopté un plan de 2 billions de dollars pour répondre à la pandémie, le plus grand programme de secours d’urgence de l’histoire des États-Unis.

 

Finalement, un plan d’urgence qui lance les marchés à la hausse

Le Sénat a adopté un programme de secours historique de 2 billions de dollars pour répondre à la crise créée par la COVID-19, alors qu’il tente de diminuer les impacts négatifs que la pandémie a apportés aux vies et aux portefeuilles américains.

La chambre a approuvé le gargantuesque projet de loi, le plus grand programme de sauvetage économique de l’histoire des États-Unis, lors d’un vote unanime à 96 voix contre 0 après des jours de négociations acharnées, de coup bas partisan et de colères au Sénat. Le projet de loi se dirige maintenant vers la Chambre, qui va pousser à le faire voter à distance vendredi matin considérant que la plupart des représentants sont hors de Washington.

« C’est un moment de fierté pour le Sénat américain et pour le pays et nous allons gagner cette guerre contre le virus dans un avenir très proche », a déclaré à la presse le sénateur républicain Mitch McConnell.

Le projet de loi de 880 pages comprend des paiements directs ponctuels aux particuliers, une assurance-chômage plus solide, des prêts et des subventions aux entreprises et davantage de ressources en soins de santé pour les hôpitaux, les États et les municipalités. Il comprend également des exigences selon lesquelles les assureurs se doivent de couvrir les services préventifs pour la COVID-19.

Du côté des marchés, cela a propulsé les principaux indices très fortement à la hausse. Tel qu’on peut voir dans le graphique ci-dessous, les trois principaux indices, soit le S&P500, le Dow Jones et le Nasdaq ont tous fortement monté, oscillant entre 10% et 16% de hausse. De plus, fait intéressant, mardi, le Dow Jones a enregistré sa hausse la plus importante en 87 ans.

Maintenant, la question qui est sur toutes les lèvres est : est-ce que la baisse est terminée? Bien qu’il soit impossible de prévoir le futur en bourse, de fortes hausses tel que l’on a vécu cette semaine sont communes dans des marchés baissiers. Ainsi, avant de trop prendre confiance sur la hausse des marchés, je pense que la prudence est toujours de mise.

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance et contributeur chez DayTrader Canada

 

Sources :
https://infoforinvestors.com/investing/stock-market/pre-market-futures/
https://finance.zacks.com/difference-between-premarket-futures-fair-value-10349.html
https://www.investors.com/market-trend/stock-market-today/dow-jones-rises-nasdaq-slips-coronavirus-stock-market-crash/
https://www.cnbc.com/id/44978444
https://www.cnbc.com/id/23525099
https://www.cnbc.com/2020/03/26/weekly-jobless-claims.html
https://www.cnbc.com/2020/03/24/coronavirus-live-updates.html
https://www.cnbc.com/2020/03/23/dow-futures-up-more-than-200-points-as-senate-debates-over-virus-bill.html
https://www.cnbc.com/2020/03/24/coronavirus-updates-congress-gets-closer-to-a-deal-on-massive-stimulus-bill.html

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Add comment


Solve : *
2 + 8 =