Billet Boursier

Frais de courtage : le début de la fin?

Frais de courtage : le début de la fin?

Par Olivier Gélinas, B.A.A., M.Sc., Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

 

Depuis des lunes, les frais de courtages étaient partis intégrants d’un portrait financier ou encore le nerf de la guerre lorsque nous choisissions une plateforme pour nous lancer en Bourse. Alors que la nouvelle génération de milléniaux commençait à déployer leur fortune sur le marché, les types de plateformes web et mobiles ont commencer leur ascension. Avec celles-ci, une réforme-choc sur les frais d’achat et vente d’actions. La plateforme américaine Robinhood (NASDAQ:HOOD), créée en avril 2013, a pris d’assaut la nouvelle vague d’investisseurs en affichant une gratuité complète sur les transactions effectuées sur sa plateforme. Un premier jab aux grandes institutions bancaires qui aujourd’hui, tente de répliquer.

Fut un temps où les frais sur transactions boursières étaient le critère #1 sur notre décision d’aller avec une plateforme plutôt qu’une autre. Ou encore, nous utilisions l’extension proposée par notre banque en ayant la simplicité en tête et faisant fi de ses frais. Des frais variants de 5$ à 10$ pour l’achat et vente d’actions ou de FNB étaient la norme pendant plusieurs années, qui étaient plus souvent détrimentaires aux petits investisseurs qu’à leurs voisins plus aguerris. Ces frais, souvent chiffrés à seulement 1¢ par action achetée/vendue, faisant également face à un minimum de 4.95$ par transaction, soit près de 500 actions. Nul besoin de dire que peu d’individus transigent 500 actions ‘’au minimum’’ à chaque transaction.

Alors que ces frais sont bien présents et parfaitement affichés, nous les acceptions amèrement puisqu’aucune alternative n’existait au Canada. En 2018, Wealthsimple Trade est apparu sur le marché. Wealthsimple Trade se greffe donc aux opérations existantes de Wealthsimple, une plateforme de robot-conseiller et fonds autogérés. Cette plateforme, majoritairement détenue par le groupe financier d’importance Power Corporation (TSX:PWF), tente de révolutionner le courtage en ligne. Wealthsimple Trade offre via son application mobile l’achat et vente d’actions et FNB sans aucuns frais. Aucun minimum de transaction requis, aucun volume minimal, aucun montant minimal et aucuns frais de transaction, une vraie révolution dans cette sphère qui appréciait ces frais acceptés de tous. Les seuls frais auxquels Wealthsimple Trade se permettait de mettre la main dessus étaient un écart sur le taux de change d’une action à dénomination américaine.

Malgré cette approche holistique sur les transactions boursières, Wealthsimple Trade a connu un lent départ et un manque de traction venant de la réticence de plusieurs sur cette nouvelle plateforme ‘’trop intuitive’’ versus ce qui était connu à cette époque. La Banque Nationale du Canada a annoncé le 23 août dernier sa nouvelle grille de tarification à 0$ sur sa plateforme de courtage direct (BNCD). Ce faisant, elle devient donc la première Banque canadienne à abolir les frais de courtage. Certains analystes voient cette annonce à la fois comme un tournant dans l’industrie, mais également comme une stratégie de croissance pour la banque, qui vient au 6e rang des banques canadiennes d’importance. L’institution financière n’a évidemment pas dévoilé combien ces frais représentaient sur leur état des résultats cependant, Gabriel Dechaine, un analyste du secteur bancaire de la Financière Banque Nationale estime qu’ils représentaient 1.2% des recettes.

Il ne fallut pas plus de quelques jours pour que le Mouvement Desjardins ait le même son de cloche. Le 13 septembre dernier, la coopérative a annoncé à son tour l’abolition des frais de courtage sur sa plateforme Disnat. Dans un communiqué, Mme Minet, VP aux services-conseils en gestion de patrimoine, souligne que ce changement favorisera l’accessibilité aux marchés boursiers pour leur clientèle. Elle devient alors la 2e institution financière à briser la tradition sur ces frais.

Cette nouvelle approche d’investisseur autonome amène évidemment la réflexion suivante : est-ce réellement la fin des frais de courtage? Une question qui reste encore aujourd’hui sans réponse précise. M. Mario Mendonca, analyste spécialisé du secteur bancaire chez Valeurs mobilières TD est d’avis qu’il est possible que les frais disparaissent assez rapidement. Si l’une des 5 banques d’importances décidait soudainement de suivre la tendance, il est probable que les autres emboîtent le pas également, afin de se garder sur un certain pied d’égalité face à leurs compétiteurs. Certains voient également cette tendance comme une menace pour les banques. Si l’on reprend les estimations de M. Dechaine, TD ferait face à une diminution potentielle de 4.2% de ses bénéfices. Toutefois, tous s’entendent sur le fait qu’un mouvement quelconque des 5 banques restantes deviendra norme pour les autres.

L’industrie fait face à une nouvelle génération d’investisseur, souvent plus rapides sur la gâchette de leur portefeuille que leurs prédécesseurs. Si nous nous rappelons la saga de GameStop (NYSE:GME), où des investisseurs particuliers se trouvant sur les forums en ligne tel que Reddit, ont été en mesure d’influencer le cours de l’action. Ce volume élevé de transactions a fait progresser le titre jusqu’à près de 350$ américains et fait perdre plusieurs millions de dollars aux professionnels de certains hedge funds qui avaient vendu à découvert le titre. Cette confiance aveugle a évidemment propulsé les chiffres de plusieurs banques à la hausse, et la Banque Nationale du Canada n’en fait pas exception. Le volume de transaction aurait bondi de 50% par rapport à la même période l’an dernier. Le nombre de nouveaux clients aurait également connu une progression fulgurante, en plus de diminuer l’âge moyen de ses titulaires, renforçant l’hypothèse où les plus jeunes générations tentent tant bien que mal d’entrer sur le marché boursier.

Quoi qu’il en soit, l’abolition de frais, ou leur diminution du moins, sauront amener un choix de plateforme axé davantage sur les fonctionnalités et stratégies disponibles plutôt que de se concentrer uniquement sur ce qui sort de notre poche. Il ne serait pas surprenant de voir certains clients changer de banque si certaines d’entre elles venaient qu’à traîner de la patte…

 

Sources :

https://www.conseiller.ca/nouvelles/industrie/vers-la-gratuite-des-commissions-sur-les-actions/

https://www.ledevoir.com/economie/626913/courtage-vers-la-fin-des-commissions-a-la-bourse

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/wealthsimple-trade-la-premiere-application-d-operations-boursieres-sans-commission-est-maintenant-disponible-826080417.html

https://www.lapresse.ca/affaires/2021-08-23/actions-et-fonds-negocies-en-bourse/la-gratuite-chez-banque-nationale-courtage-direct.php

 

L’auteur de ce billet déclare détenir des positions dans les titres de Power Corporation (TSX:PWF) et National Bank of Canada (NA.TO), mais n’a aucune intention d’initier de positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Add comment


Solve : *
22 ⁄ 11 =