Billet Boursier

Evergrande : Un souvenir amer de Lehman Brothers

Evergrande : Un souvenir amer de Lehman Brothers

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, B.A.A., M.Sc., Contributeur pour DayTrader Canada

Difficile d’ignorer ce qui a éclaté la semaine dernière dans les marchés financiers avec le géant chinois, Evergrande (US OTC : EGRNF), manquant à ses obligations financières sur sa montagne de dettes. Alors que les livres et gurus de la finance prônent une diversification de portefeuille, le même principe n’a pas la même portée au niveau corporatif. La situation rappelle même chez certains la dégringolade de la défunte banque Lehman Brothers en 2008, une pensée plutôt effroyable en 2021.

Evergrande est le second développeur immobilier d’importance en Chine, fondé en 1996. La compagnie accumule près de 1300 développements répartis dans 280 villes et a enregistré plus de 110 milliards de dollars américains en ventes l’an dernier. Le marché du développement immobilier ayant connu un franc succès avec les acheteurs asiatiques, lorsque la croissance a ralenti, les activités d’expansion se sont montrées le bout du nez. Parmi ces expansions, nous comptons les parcs d’attractions, les véhicules électriques, l’alimentation, l’embouteillage d’eau et même… le sport! En 2010, Evergrande a acheté une équipe de soccer, et fondé une école de soccer pour la modique somme de 185 millions de dollars américains. Ceci est sans compter le stade de soccer en construction au coût de 1,7 milliard, pouvant accueillir 100,000 spectateurs et en forme de lotus, un clin d’œil aux traditions chinoises.

 

À la lecture des activités du conglomérat, il apparaît clair que la situation dans laquelle ils se sont eux-mêmes mis les pieds était d’une ampleur beaucoup plus grande qu’anticipée. Cette ampleur peut même se chiffrer! 306 milliards de dollars américains. En juin dernier, un paiement sur leur papier commercial a été manqué, donnant suite à un gel de 20 millions de dollars dans leur compte, par la banque elle-même. En août, Evergrande informait ses investisseurs que certains développements ont été arrêtés après avoir manqué leurs paiements auprès des contracteurs.

Cette accumulation de mauvaises nouvelles a suscité les questionnements et regards externes sur les livres de la compagnie, confirmant ce que plusieurs craignaient. La compagnie est techniquement en faillite. Le terme ‘’technique’’ est important ici. Après avoir manqué un paiement de 83.5 millions, un sursis de 30 jours leur a été alloué, en plus de faire face à davantage de restrictions sur leur propre compte de banque afin d’utiliser les fonds strictement pour compléter les projets en cours, et non pas pour payer les créanciers.

Inutile de mentionner que les investisseurs se sont rués chez leurs courtiers afin de vendre leur titre d’Evergrande. Le titre a enregistré un recul d’environ 81% depuis le début de 2021, affichant un prix de clôture à $0.34 USD en date du 27 septembre. Cependant, les craintes ne sont pas uniquement restreintes aux investisseurs. Le groupe possède également des opérations en Suède et aux Pays-Bas dans le secteur automobile ainsi que certains partenaires en Allemagne. Le gouvernement chinois a débuté une intervention auprès du géant sous les craintes soutenues du risque de contagion sur d’autres secteurs de l’économie locale et mondiale. Il est à noter que près de 128 banques et 121 institutions non bancaires sont potentiellement affectées par cette situation. Si l’on regarde plus près de chez nous, BlueBay, un gestionnaire d’actifs sous la Banque Royale du Canada, rejoint BlackRock sous les institutions exposées au risque de crédit présenté par Evergrande.

La People’s Bank of China a injecté des liquidités sur le marché en espérant calmer les esprits échauffés. L’injection de 71 milliards s’est amorcée avec une première tranche de 10.8 milliards vendredi dernier. Toutefois, le problème reste bien présent : les flux monétaires entrants dans l’entreprise sont insuffisants pour rencontrer leurs obligations financières.

De son côté, Evergrande tente par tous les moyens disponibles de réduire son endettement, chose qui est définitivement plus facile à annoncer qu’à réaliser. Un règlement via négociations a récemment eu lieu avec les créanciers sur le paiement d’intérêts sur des obligations pour près de 36 millions de dollars. D’autres communiqués venant du conglomérat pointent plutôt vers la vente de certains actifs. Toutefois, personne ne se bouscule aux portes pour acheter les actifs de la firme en détresse. Des escomptes sur des unités résidentielles, émission d’actions secondaires, ventes d’immeubles, les fins justifieront les moyens. Il est évident que très peu d’acheteurs existent pour une tour à bureaux avec une étiquette de prix avoisinant les 1.6 milliard…

En début de semaine, la filiale de véhicule électrique du groupe, Evergrande NEV, n’a eu d’autres choix que de reporter son introduction sur la Bourse de Shanghai. Le prometteur producteur de voitures électriques a annoncé qu’il pourrait potentiellement ne jamais atteindre sa phase de production de masse suivant un criant manque de liquidités. Bons nombres de fournisseurs n’ont pas été en mesure de recevoir leur paiement ainsi que certains employés n’ayant pas eu droit à leurs salaires. Un plan de ventes d’actifs est également en cours dans ce segment, où des négociations ont été entamées sur certains de leurs produits de soins pour personnes âgées. La filiale a accumulé une perte de 742 millions de dollars depuis le début de 2021, de quoi sonner une seconde alarme sous le giron d’Evergrande.

À ce stade-ci, aucune option n’est écartée pour remettre sur pieds le promoteur immobilier. La compagnie a même annoncé récemment la mise en vente de ses parts dans une banque, chiffrées à 1,5 milliard. Certains ne voient pas comment une sortie de ce trou noir est possible, alors que d’autres pensent qu’une mission de restructuration est toujours possible. Quoi qu’il en soit, une faillite, anticipée ou non, aura de grandes répercussions autour du globe, jusque dans les portefeuilles des investisseurs.

 

Sources :

https://www.ctvnews.ca/business/5-things-to-know-about-the-evergrande-situation-a-simple-breakdown-1.5601514

https://mobilesite.evergrande.com/en/about.aspx?tags=2

https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-09-27/evergrande-pain-spreads-to-wealthy-investors-as-more-interest-payments-missed

https://www.journaldemontreal.com/2021/09/27/evergrande-renonce-a-introduire-en-bourse-sa-filiale-vehicules-electriques

https://www.bnnbloomberg.ca/evergrande-s-ev-unit-plunges-after-warning-of-cash-shortage-1.1657719

 

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés ni avoir l’intention d’initier de positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Add comment


Solve : *
24 × 10 =