Crypto 2021 : Un dernier tour de roue

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

 

En 2021, la cryptomonnaie s’est taillé une place d’importance dans le portefeuille de bien des individus et institutions. Les monnaies digitales qui étaient auparavant boudées par la majorité des investisseurs auront finalement usé de leur charme et promesse de rendement astronomique afin d’en attirer plus d’un. En passant par le Bitcoin ($BTC) et l’Ethereum ($ETH), jusqu’aux Dogecoin ($DOGE) et Shiba Inu ($SHIB), sans oublier les NFTs (Non-Fungible Tokens), il y en avait pour tous les goûts. Cette sphère n’est cependant pas sans risque. Il s’agit en fait d’un des reproches les plus souvent cités sur ces actifs à volatilité élevée. Néanmoins, l’adoption globale n’a fait que croître en 2021, et ce, même au niveau gouvernemental. Un dernier regard sur la crypto de 2021.

 

Commençons simplement avec la monnaie de puissance, soit le Bitcoin. La monnaie ayant commencé 2021 aux alentours de 30,000$ américain aura atteint un sommet en novembre, à 69,000$. Non pas sans soubresauts ayant essuyé un revers de 48% de mai à la mi-juillet. Le sommet de novembre a donc été spectaculaire, en enregistrant un retour de 126% en moins de 4 mois. Le Bitcoin, ayant maintenant fêté ses 13 ans d’existence, aura mis plusieurs succès derrière son image. Des fonds négociés en bourse ont sorti de part et d’autre, dont le premier, un fond canadien par Purpose soit le Purpose Bitcoin ETF (TSX : BTCC). Il ne fallut que quelques semaines pour en voir une vague envahir les marchés. 3iQ, CI Financial (TSX : CIX) et Ninepoint auront également pris part à la fête.

 

Après avoir gagné une exposition auprès du public général, les ménages ayant des liquidités supplémentaires suivant leur impossibilité de voyager, de dépenser aux restaurants ou encore après avoir touché des prestations monétaires du gouvernement, ont envahis le marché de la crypto. Au mois de mai 2021, la capitalisation totale du marché des actifs digitaux touchait les 2.5T de dollars américains. Cet afflux soudain de liquidités a fait naître un phénomène anodin; les memes coins. Les monnaies à l’effigie de chiens tels le Dogecoin ou le Shiba Inu ont engrangé des rendements faramineux. Le Dogecoin, étant à 6 cents au début d’avril, atteint un sommet de 74 cents en mai. Ce rendement de 1,133% se compare à celui du Shiba. Alors que cette monnaie a connu un modeste départ en avril, son sommet a été enregistré en novembre 2021. Le prix affiché en octobre (avec plusieurs 0 après la virgule) grimpa en moins d’un mois, afin d’afficher un rendement de 1,125%.

 

Source : TradingView – SHIB/USD (échelle de gauche), DOGE/USD (échelle de droite)

 

Prochain phénomène sur la liste; les NFTs. Contrairement aux actifs catégorisés comme « monnaies », les NFTs sont en fait tout le contraire. Non-Fungible Token se veut être unique en son genre, ne pouvant être remplacé par aucun autre. Cette sphère de la crypto s’est développée majoritairement sur la blockchain de l’Ethereum, où des collections d’images ont été créées et vendues aux investisseurs. Ces collections prennent la forme dont les créateurs veulent bien leur attribuer. Il peut s’agir de dessins, de GIF, d’images et bien d’autres. Cette nouvelle forme d’art a pris d’assaut le marché en quelques semaines. Parmi ces collections, les populaires CryptoPunks sont souvent encore d’actualité. Cette collection de 10,000 avatars uniques s’est vendue rapidement en 2017, mais a refait surface en 2021. Une des transactions d’envergure de 2021 s’est déroulée à la mi-mars, avec la vente du punk #3100 pour la modique somme de 7.58M de dollars américains.

 

Source: LarvaLabs.com

 

Il va sans dire que les transactions pour cette forme d’art laissent perplexe. Toutefois, d’autres utilités ont été soulevées pour usages futurs. Parmi celles-ci, des billets digitaux de spectacles ou cinéma, des preuves d’assurances ou de permis de conduire et, peut-être plus d’actualités, un passeport vaccinal par exemple. Certains évoquent également la possibilité d’obtenir votre avatar pour les métavers sous forme de NFT et être en mesure de s’acheter des morceaux de vêtements et items pour celui-ci.

 

Faisons un court arrêt sur les fraudes sur les marchés digitaux. Un rapport de la firme Chainanalysis affiche un montant cumulatif de 7.7 milliards de dollars en crypto volés à l’aide de diverses fraudes. La plus populaire étant le rug pull, où les développeurs d’un projet l’abandonne tout simplement, emportant avec eux les fonds des investisseurs. Les bonnes vieilles techniques de piratage informatique ont également réussi à plusieurs reprises. Le plus gros vol étant sans doute celui d’août 2021 sur le PolyNetwork. Un montant de 600 millions a été dérobé aux utilisateurs. Le voleur aura par la suite coopéré avec la plateforme d’échange afin de retourner les fonds, en se dotant par la même occasion d’un emploi en sécurité informatique.

 

Regardons maintenant l’adoption au niveau gouvernemental. Le Salvador aura adopté le Bitcoin comme monnaie à cours légal au pays, tout comme le dollar américain. Le 8 juin 2021, une loi a été instaurée afin de rendre possible l’achat de divers biens et services uniquement à l’aide de votre portefeuille digital sur votre téléphone. Une nouvelle qui n’a certes pas plus à tous, mais la poussière semble être retombée et la vie a repris son cours normal. Au niveau local, la Banque du Canada semble ne pas écarter la possibilité d’émettre son propre stable coin en lieu de sa monnaie physique. Toutefois, elle est bien au courant qu’une multitude de changements seront entraînés par une telle adoption. Elle ne se trouve donc sous aucune pression d’émettre cette monnaie à court terme. Un des indicateurs cités pointe vers l’abandon de masse de la monnaie dite physique ainsi qu’une adoption encore plus large de cryptomonnaies tel le Bitcoin.

 

Évidemment, d’innombrables évènements se sont déroulés en 2021 dans l’univers de la crypto. En rafale, nous pouvons citer l’adoption brève (quelques jours) de Tesla avec le Dogecoin, la Chine qui bannit une nouvelle fois les transactions de cryptomonnaies, le marché ayant atteint une capitalisation totale de 3T de dollars, et bien d’autres. Une voie bien pavée pour introduire 2022, qui nous amènera sans doute son propre lot d’histoires inusitées.

 

Sources : 

https://www.cnbc.com/2022/01/03/bitcoin-launched-13-years-ago-today-8-milestones-from-the-past-year.html

https://www.finance-investissement.com/nouvelles/actualites/le-premier-fnb-de-bitcoins-sera-canadien/

https://cointelegraph.com/news/from-art-to-gaming-the-biggest-nft-trends-of-2021

https://www.bnnbloomberg.ca/documents-hint-at-economic-impact-from-central-bank-digital-loonie-1.1702635

https://www.cnbc.com/2021/12/20/crypto-news-7-billion-dollars-stolen-in-crypto-scams-in-2021-radioshack-defi.html

https://www.bnnbloomberg.ca/billionaires-are-embracing-crypto-in-case-money-goes-to-hell-1.1702520

 

L’auteur de ce billet déclare détenir des positions dans les actifs mentionnés, mais n’a cependant pas   l’intention d’initier de positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.