Billet Boursier

Comment éviter les pièges des mainteneurs de marché?

Comment éviter les pièges des mainteneurs de marché?

Comment éviter les pièges des mainteneurs de marché?

Dans le billet boursier de la semaine dernière, nous vous avons expliqué ce qu’était un mainteneur de marchés. Ce concept maintenant éclairci, nous aborderons comment éviter les pièges de ces acteurs méconnus du marché. Pour commencer, il est important de comprendre que les mainteneurs de marchés du Nasdaq et ceux du NYSE agissent de façon quelque peu différente. En effet, lorsqu’une transaction est envoyée sur le parquet de la Bourse de New York (NYSE), il est immédiatement acheminé vers un « spécialiste » du titre, qui a souvent un intérêt limité pour la transaction individuelle que vous soumettez. Ainsi, puisque le « spécialiste » est inondé par les négociants, il veut simplement trouver un acheteur ou un vendeur pour votre titre le plus rapidement possible. Essentiellement, c’est un intermédiaire qui prend parfois des positions en action, mais qui est vraiment là pour assurer de la liquidité.

En revanche, dans le cas du Nasdaq, les mainteneurs de marché prennent régulièrement des positions en actions, à la fois « longues » et « courtes », puis les fermes pour faire un profit ou une perte plus tard dans la journée. Certes, ils fournissent de la liquidité, mais ils sont également attirés par votre ordre en attente, possiblement en l’achetant pour leur propre compte de trading, puis en le retournant à un autre acheteur. Dans tous les cas, les teneurs de marchés afficheront parfois des ordres factices afin de vous inciter à acheter ou vendre un titre. Ainsi, dans le cas du Nasdaq, en comparaison à la Bourse de New York, le mainteneur de marché a un intérêt à vous faire acheter et vendre à certains prix pour pouvoir tirer profit de votre transaction en l’achetant et en la revendant à profit. De plus, dans le cas du Nasdaq, il y a une moyenne de 14 teneurs de marchés pour chaque titre, alors que dans le cas de la Bourse de New York, il y a souvent qu’un seul mainteneur de marché par titre.

En tant que négociateur actif, il existe quelques manières et techniques afin d’éviter ces « pièges ». Par exemple, vous envoyez un ordre d’achat pour un titre à 10$. Considérant que les mainteneurs de marchés peuvent être des deux côtés, soit du côté acheteur et vendeur, ils pourraient publier une offre d’achat de 7500 actions du même titre à 10 $ l’action et un ordre de vente de 1 000 actions à 10,25 $, donc créant une situation où la demande est forte et l’offre est faible. En publiant cet ordre, il cherche simplement à tromper les courtiers et les investisseurs en leur faisant croire qu’il y a une forte demande pour le titre, dans le but de le lancer à la hausse de 25 sous.

Naturellement, selon les règles des échanges, le mainteneur de marché se doit d’honorer ses transactions. Cependant, il y a une chance que le teneur de marché détienne déjà une position dans le stock, et en affichant une offre pour 7 500 actions, il ne fait que s’assurer de se débarrasser de sa position à 10.25$, puisque le courtier ou le négociant verra les 7500 titres en attente à 10$ et voudra passer avant eux. Pour éviter de tomber dans le piège tendu, il est important de regarder les données de niveau 2 des actions avant d’acheter ou de vendre un titre, particulièrement dans le cas de négociation intra séance. Ainsi, en suivant le niveau deux, vous serez en mesure de dépister, à la longue, les ordres des mainteneurs de marché et vous éviterez de vous faire prendre au piège.

Ensuite, un second piège bien connu est celui des « stops ». Un outil très utilisé par les négociants intraséance est le « stop » limite qui sert autant à prendre du profit qu’à couper rapidement une perte. Considérant que les mainteneurs de marchés voient l’ensemble des ordres disponibles, ils aiment bien aller chercher les « stop » (particulièrement ceux pour couper une perte) des négociants intra séance. Bien qu’il soit impossible de les éviter totalement, certains trucs existent peut éviter de vois ses « stops » déclenchés. Tout d’abord, éviter de mettre vos ordres à une valeur dite « rondes », soit par exemple à 10.00$ pile, mais plutôt à 9.98$. De nombreux négociants peu expérimentés les mettront à une valeur « ronde ». Ensuite, essayer le plus possible de « laisser respirer » vos transactions. Donc, de ne pas mettre des ordres « stop » trop serrés, pour ne pas tomber dans l’écart entre le cours acheteur et vendeur que les mainteneurs de marchés aiment tant faire bouger.

En somme, oui les mainteneurs de marchés sont présents pour assurer de la liquidité aux marchés boursiers, mais pas bénévolement. De ce fait, il est important de bien les comprendre et de garder un œil sur ses ordres envoyés dans le but de ne pas tomber dans leurs pièges.

 

Résumé d’une autre semaine mouvementé

La semaine avait une allure plutôt négative vendredi dernier à la fermeture, après que le Département du travail des États-Unis ait publié la pire perte mensuelle d’emplois depuis la crise financière de 2008-2009. Ainsi, en mars, la masse salariale non agricole a connu une perte dévastatrice de 701 000 emplois, sept fois la baisse attendues par les économistes. En plus d’être comparable à la crise financière de 2008-2009, la perte d’emplois en mars a été la première baisse de la masse salariale non agricole depuis 2010. Cette forte baisse de la création d’emplois s’est vue accompagnée d’un taux de chômage global pire que prévu, de 4,4%, contre 3,5% en février. D’ailleurs, cette nouvelle a fait suite à un pic record de demandes de chômage hebdomadaires publiées la veille.

Or, tout cela semblait oublié alors que Wall Street a clôturé la journée de lundi 7% plus haut que la fermeture du vendredi. Cette surprenante hausse provient, selon moi, d’une diminution de l’augmentation quotidienne des cas de coronavirus aux États-Unis, selon les données de l’Université Johns Hopkins. Les augmentations quotidiennes des cas sur l’échelle mondiale ont également ralenti depuis, selon les données de Tradingview.

D’ailleurs, Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a déclaré mercredi à Fox News que le nombre de décès aux États-Unis liés au coronavirus était désormais inférieur à ce que l’on pensait initialement, notant qu’il devrait y avoir un revirement après cette semaine. Il a cependant ajouté un important bémol : les efforts en matière de virus devraient être intensifiés pour que cette diminution se poursuive. Aussi, il est important de noter que le président des États-Unis, M. Donald Trump envisage actuellement de lever le confinement dans le but de relancer l’économie. Naturellement, cela encourage énormément Wall Street à la hausse.

Ensuite, un autre catalyseur est venu encourager les marchés à la hausse mercredi. Le sénateur Bernie Sanders a abandonné la course à la présidentielle de 2020, mettant fin à une primaire démocrate sans précédent et organisant des élections générales entre le président Donald Trump et l’ancien vice-président Joe Biden.

Pour couronner le tout, jeudi, les chiffres des demandes d’assurance emploi ont encore explosé. Avec des attentes de 5.25 millions de demandes, les marchés ont fortement sous-estimé la hausse qui fut en réalité de 6.6 millions.

 

Les sociétés financières s’apprêtent à lancer la saison des résultats

Le Vendredi saint (10 avril) étant un jour férié dans plusieurs pays, cela signifie que la plupart des marchés boursiers, dont ceux américains et canadiens, seront fermés. De ce fait, cela indique que jeudi sera le dernier jour de négociation avant le début de la saison de bénéfices. Ainsi, la première des principales entreprises à devoir rapporté ses résultats sera J.P.Morgan Chase (NYSE : JPM), lundi, suivie de Wells Fargo (NYSE : WFC), Bank of America (NYSE : BAC) et Johnson and Johnson (NYSE : JNJ) mardi, entre autres.

Le début de cette saison des résultats financiers sera très intéressant, car nous pourrons commencer à constater concrètement quels sont et seront les impacts de la COVID-19 sur les compagnies. De ce fait, les analystes ont du pain sur la planche pour essayer de deviner comment les bilans de ces sociétés seront affectés par le dernier trimestre. Or, ce que nous savons, c’est que de nombreuses mises à pied ont eu lieu, beaucoup cherchent à éviter ou retarder un paiement de carte de crédit ou un paiement hypothécaire, et le gouvernement américain envoie un tas de chèques à sa population.

Cependant, n’oubliez pas que les résultats rapportés ne couvriront pas totalement ce qui s’est passé au cours des deux dernières semaines. Cela sortira de manière claire et visible dans les rapports seulement lors de la prochaine saison des résultats financiers. En revanche, il sera très important de surveiller les objectifs des entreprises pour les prochains trimestres et leurs visions à eux des impacts de la COVID-19.

Finalement, de nombreux bonds, communément appelés, « gaps » à la hausse et à la baisse sont à prévoir pour une panoplie de titre, donc comme le dit l’expression : installez-vous confortablement et appréciez le trajet ou anglais, « sit back and enjoy the ride ».

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance et contributeur chez DayTrader Canada

Sources :
https://www.cnbc.com/2020/04/08/five-million-more-unemployment-claims-expected-but-now-layoffs-could-be-more-permanent.html
https://www.businessinsider.com/heres-the-difference-between-the-nasdaq-and-nyse-2017-7
https://www.investopedia.com/ask/answers/128.asp
https://www.investopedia.com/articles/forex/06/ecnmarketmaker.asp
https://www.investopedia.com/terms/m/marketmakerspread.asp
https://www.imanet.org/-/media/4c6c7650a0024853a1c61963d7865649.a
https://www.investopedia.com/articles/financialcareers/06/mmakertricks.asp
https://www.cnbc.com/2020/04/09/federal-reserve-unveils-details-of-its-much-anticipated-main-street-lending-program.html
https://www.cnbc.com/2020/04/09/coronavirus-latest-updates.html

 

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Add comment


Solve : *
26 − 22 =