Billet Boursier

C’est au tour de Tesla d’acheter des Bitcoin!

C’est au tour de Tesla d’acheter des Bitcoin!

C’est au tour de Tesla d’acheter des Bitcoin!

Vous avez bien lu, deux des actifs ayant le plus fait couler d’encre en 2020 et 2021, soit Bitcoin et Tesla se joignent ensemble aujourd’hui, dans la même nouvelle! En effet, le constructeur de voitures électriques Tesla Inc. (NASDAQ : TSLA) a investi 1,5 milliard de dollars dans Bitcoin (BTC : USD) et a annoncé qu’il commencera bientôt à accepter les paiements pour ses voitures en Bitcoin « sous réserve des lois applicables et initialement sur une base limitée », selon un dépôt auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC).

De cette façon, Tesla est la première entreprise du S&P 500 à investir dans Bitcoin. De plus, elle rejoint une liste croissante d’entreprises comme la société de paiement Square Inc. (NYSE : SQ) qui en a acheté 4709 en octobre dernier pour une valeur de 50 millions. L’éditeur de logiciels d’informatique décisionnelle, MicroStrategy Incorporated (NASDAQ : MSTR) a aussi investi 1,3 milliard de dollars de sa trésorerie dans Bitcoin l’année dernière.

Naturellement, cette nouvelle a eu un impact important sur le prix du Bitcoin. Alimenté par l’intérêt des entreprises et des investisseurs à la recherche de rendements pendant une période de stabilité macroéconomique, le prix de la cryptomonnaie a établi de nouveaux records et a bondi de plus de 160% en 2020. De plus, l’annonce de Tesla ce matin a propulsé la cryptomonnaie à un nouveau record à plus de 48 000 USD.

Enfin, M. Musk ne semble pas le seul à s’intéresser à ajouter des cryptomonnaies à son entreprise. En effet, selon certaines rumeurs, Twitter, Apple et Oracle Corporation seraient à regarder pour emboiter le pas. Cela sera donc à suivre dans les prochaines semaines et les prochains mois.

Qu’est-ce que le paiement pour le flux de commande?

Le paiement pour le flux d’ordres (ou payment for order flow en anglais) fait référence à la rémunération qu’un courtier reçoit, non pas de son client, mais d’un tiers (souvent les mainteneurs de marché), qui souhaite profiter de la manière dont le courtier achemine les commandes des clients pour exécution.

En acquérant un flux de commandes de cette manière, les courtiers peuvent rentabiliser les ordres qu’ils reçoivent de leurs clients tandis que les clients peuvent bénéficier de coûts de négociation réduits, car les commissions facturées par les courtiers peuvent être compensées par les paiements qu’ils reçoivent du mainteneur de marché.

Or, tout n’est pas rose dans cette façon de faire. En effet, les critiques de cette méthode soutiennent que cet accord créer un conflit d’intérêts du côté du courtier. En effet, ce dernier est censé garantir le meilleur prix possible d’achat et de vente à ses clients. Naturellement, les courtiers peuvent être incités à acheminer les commandes des clients vers les mainteneurs de marché le plus offrant en termes de paiement pour flux de commande plutôt qu’à celui offrant les meilleurs prix et la plus grande rapidité d’exécution.

D’ailleurs, Richard Repetto, le directeur général de Piper Sandler & Co., une banque d’investissement basée à New York, a récemment publié un rapport qui creuse les rapports de la règle 606 (la règle des SEC qui obligent les courtiers à déclarer le paiement pour les flux de commande).

Ainsi, pour le 2e trimestre de 2020, Repetto s’est concentré sur quatre courtiers majeurs: Charles Schwab, TD Ameritrade, E*TRADE et Robinhood. Repetto a indiqué que le paiement pour le flux de commandes était significativement plus élevé au 2e trimestre qu’au premier en raison d’une activité de négociation accrue et que le paiement était plus élevé pour les options que pour les actions.

Revenues du premier et second trimestre de 2020 des flux de commandes reçu par courtiers

Il est important de comprendre que de nombreux courtiers américains utilisent cette technique dans l’objectif d’aller chercher des revenus supplémentaires, qui sont non négligeables.

Comment profiter d’une hausse de la volatilité ou d’une chute des marchés?

Avec les périodes d’instabilité sur les marchés dernièrement, une question revient souvent dans mon entourage : comment profiter d’une hausse de la volatilité ou d’une chute des marchés? Ainsi, dans le cadre de ce billet boursier, nous répondrons à la question.

Sur les marchés des valeurs mobilières, la volatilité est représentée par de fortes fluctuations à la hausse et à la baisse. Ainsi, les marchés volatils sont généralement le résultat d’un déséquilibre plus important que la normale entre les acheteurs ou les vendeurs. Les autres éléments qui peuvent mener à une plus grande volatilité sont principalement les évènements économiques négatifs, l’apparition de nouvelles informations sur les entreprises, le dépôt d’une recommandation par un analyste renommé, un appel public à l’épargne (IPO) ou des évènements inattendus tels que l’éclosion d’un virus, par exemple.

Dans les périodes de grande volatilité, transiger peut représenter un grand défi pour les investisseurs et « traders ». La panique peut rapidement se faire sentir et prendre une décision devient de plus en plus difficile. Or, il existe plusieurs instruments financiers qui permettent de bénéficier autant des marchés haussiers, baissiers ou volatils sans toutefois devoir vendre à découvert.

Les fonds négociés en bourses à effet multiplicateur, ou autrement appelé à levier font partie de ces instruments. Une des façons les plus accessibles de profiter d’un rapide mouvement de marché, sur le court terme, est de faire l’achat de parts d’un fond négocié en bourse (FNB) à effet de levier. Par exemple, il existe des FNB à effet multiplicateur qui vous permettent de bénéficier d’une hausse, tel que le « Direction Daily S&P500 Bull 2x (ARCA :SPUU) », qui reproduit les performances journalières du S&P500, accompagné d’un levier double, d’où le « 2x » inscrit en son nom. Ce levier est réalisé par le fonds en plaçant ses fonds dans des produits dérivés, incluant des contrats à terme, des swaps et des options d’achats d’actions.

Une autre façon de bénéficier d’un marché volatil, mais cette fois à la baisse, est d’utiliser les FNB inverses. Ce type de FNB inverse les performances d’un indice donné. Un exemple serait le « ProShares Short S&P500 (NYSE :SH) ». Ce fonds utilisant le S&P 500 comme référence vise à inverser la performance de l’indice. Ainsi, lorsque le S&P 500 connaît une hausse, ce FNB connaît une baisse, et vice-versa. On comprend donc rapidement comment on peut bénéficier de ce type de FNB lors de marchés baissiers. Cet outil existe aussi sous levier, via des FNB tels que le « ProShares UltraShort S&P500(NYSE :SDS) » qui inverse en double les performances de l’indice, et le « ProShares UltraPro Short S&P500 (NYSE : SPXU) », qui inverse pour sa part en triple le mouvement du S&P 500.

Finalement, il vous est aussi possible de négocier directement l’indice de volatilité boursier appelé le VIX. Cet indicateur, aussi connu sous le nom d’ « indice de la peur », fut créé en 1993 par le CBOE (Chicago Board Options Exchange). Son rôle est de mesurer la volatilité du marché financier en s’appuyant sur le S&P 500. Cet indice est calculé sur une base quotidienne par le CBOE. Il existe plusieurs méthodes pour le transiger, la plus commune étant de passer via le FNB « iPath S&P 500 VIX Short-Term Futures ETN (ARCA : VXX) ». Comme les outils décrits plus haut, il existe également des produits à effet multiplicateur, comme le « VelocityShares Daily two-times VIX Short-TERM ETN (ARCA : TVIX) », qui double l’indicateur de base. Cependant, il est important de demeurer prudent lors de la négociation de ce type de produits, le VIX étant déjà très volatil par sa nature.

Il est important de se rappeler que tous ces produits composent des outils intéressants pour bénéficiers de la volatilité des marchés sur le court terme, mais ne devrait pas faire partie de votre portefeuille d’investissements à long terme, leur nature les rendant inutilement risqués.

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance, Analyste et contributeur chez DayTrader Canada

Sources :

https://www.cnbc.com/2021/02/08/tesla-buys-1point5-billion-in-bitcoin.html
https://www.investopedia.com/tesla-tsla-discloses-usd1-5b-investment-in-bitcoin-5105078
https://www.marketwatch.com/story/tesla-says-it-has-invested-1-5-billion-in-bitcoin-prices-surge-to-record-above-42-000-11612790314
https://www.cnbc.com/2021/02/08/apple-may-be-the-next-notable-company-to-buy-bitcoin-rbc-says.html
https://seekingalpha.com/news/3659553-apple-should-buy-bitcoin-and-launch-crypto-exchange-says-rbc
https://seekingalpha.com/news/3659644-tesla-has-de-rsked-purchase-of-bitcoin-by-public-companies-microstraegys-saylor
https://fr.qaz.wiki/wiki/Payment_for_order_flow#:~:text=Sur%20les%20march%C3%A9s%20financiers%2C%20le,commandes%20des%20clients%20pour%20ex%C3%A9cution.
https://daytradercanada.com/negociateur-actif/comment-profiter-dune-hausse-de-volatilite-ou-dune-chute-de-marche/
https://www.cfainstitute.org/-/media/documents/issue-brief/payment-for-order-flow.ashx
https://www.datawrapper.de/_/3dHdQ/
https://www.investopedia.com/terms/p/paymentoforderflow.asp

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.
Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.
DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Add comment


Solve : *
4 × 13 =