Billet Boursier

Cannabis : Des opportunités parties en fumée?

Cannabis : Des opportunités parties en fumée?

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

 

Dans quelques semaines marquera le 3e anniversaire de la légalisation du cannabis au Canada. Cette promesse électorale du Premier Ministre Trudeau dans la course de 2015 est devenue rapidement médiatisée et controversée. La légalisation avait plusieurs objectifs dans sa mire: un accès davantage contrôlé à cette drogue récréative, assurer la sécurité des utilisateurs en encadrant les producteurs et surtout, enrayer le marché illicite qui avait su devenir prolifique et pseudo-experts dans l’art de l’offre et la demande, principe 101 de l’économie.

 

‘’Et en quoi cela me concerne?’’ me demanderez-vous. Cette légalisation a eu des répercussions sur l’ensemble de l’économie et a ouvert un nouveau créneau d’investissement pour les acteurs de la bourse. Aujourd’hui, qu’est-il devenu de ce secteur si rapidement construit et quel a été (ou aurait été) l’impact sur votre portefeuille d’investissements?

 

Alors que l’industrie touche à peine son cycle de croissance, une consolidation intense du marché s’est fait voir tout au long de 2020 et 2021. La précipitée de l’industrie a donné vie à de nombreuses entreprises productrices de cannabis. Toutefois, celles-ci n’ont pas été créées égales et ont dû se tailler une place alors qu’elles faisaient face à des Goliaths de ce monde, tels que Canopy Growth (TSX:WEED) et Aurora Cannabis (TSX:ACB). Parmi ces transactions récentes, on recense Hexo (TSX:HEXO) avec son acquisition de Redecan pour 925 millions et Zenebis Global pour 235 millions. Canopy acquiert Supreme Cannabis pour 435 millions, Sundial acquiert Inner Spirit Holdings et la liste de ne fait que continuer.

 

S’il y a autant de transactions dans le milieu, ce doit être un signe que l’industrie est profitable, non? Pas tout à fait. La phase de consolidation du marché actuel est un sprint. Un sprint vers l’acquisition de parts de marché, de capacité de production et de consommateurs. Si l’on regarde strictement le résultat net de Canopy Growth, l’année fiscale 2021 montre une perte de 1.67 milliard. Aurora n’est guère mieux avec une perte cumulative au 3e trimestre de 567 millions. Le secteur du cannabis apprivoise toujours le marché canadien, en gardant un œil rivé sur le marché américain, où les discussions s’intensifient sur une potentielle légalisation. La production excède grandement la demande dans le marché actuel, les grands joueurs (avec les poches plus profondes) en profitent pour acheter leurs concurrents. Valeurs Mobilières Desjardins a estimé dans un de leur rapport que Canopy contrôlait 14% du marché canadien, Hexo 17%, Tilray 15.5% et Aurora 6.5%.

 

Les coûts gargantuesques d’une entreprise productrice de cannabis découragent les plus petits joueurs, et font le bonheur des plus grands. Comme il s’agit d’un créneau lourdement réglementé, les normes sont strictes sur les manières d’opérer. Terrain, usine, éclairage, irrigation, système de ventilation, contrôle de température ambiante, main-d’œuvre sont tous des coûts à absorber avant même de faire sa première vente. Entre en jeu nos voisins du sud. Le marché américain devient une proie dans la mire des producteurs canadiens, déjà bien positionnés pour répondre à cette possible demande. Un rapport récent de New Frontier Data indique que les ventes potentielles surpasseraient les 50 milliards US en Amérique du Nord d’ici 2025, un chiffre qui ne passe pas inaperçu.

 

 

En prenant maintenant la perspective d’investissement, comment se sont débrouillés tous ces titres dans une industrie où chaque détour semble amener à la fois opportunités et risques. Malgré le potentiel de l’industrie, la performance des titres boursiers laisse à désirer. Cependant, le point d’entrée de la position est excessivement important dans ce cas-ci et potentiellement de sortie, si vous aviez du flair. Bon nombre de producteurs de cannabis existaient avant même la légalisation au Canada afin de répondre aux besoins du cannabis à usage médical.

 

L’annonce de la légalisation du cannabis en 2018 a certainement fait bouger les titres. Le titre d’Aurora est passé de 34$ en octobre 2017 à près de 162$ par action à la mi-janvier 2018. Ce rendement de 376% n’a toutefois pas été de longue haleine, puisqu’un recul de 55% sur 7 mois s’est fait sentir, avant de repartir de plus belle. Les markets timers ont eu de belles opportunités jusqu’à présent afin d’empocher gros.

 

 

La période de 2018 à la mi-2019 a su plaire et capter l’attention de nombreuses institutions. Toutefois, le manque d’historique et de stabilité n’ont pas fait l’unanimité de tout un chacun. Les titres se transigent tous sous leurs sommets historiques de fin 2018. Hexo, à 9.43$ l’action, se situe 78% sous son sommet de 42$, tandis que la dégringolade d’Aurora l’amène à 90% sous son sommet de 164.50$. Le momentum affiché par Canopy Growth en début 2021 l’amenant à seulement 22% sous son sommet historique a été rapidement corrigé par le marché après de décevants résultats. Les valeurs par action de ces compagnies offrent un regard intéressant sur l’état actuel de l’industrie, revenu à des niveaux pré-légalisation.

 

Une position longue en début de cycle aura pu livrer un rendement impressionnant de plus de 350% dans certains cas, se rapprochant même des rendements de certaines cryptomonnaies. Inversement, une position courte après le premier trimestre de 2019 aura également généré un rendement très intéressant avec la chute de prix substantielle.

 

Un élément important reste à confirmer pour le développement de ce secteur : la légalisation du cannabis aux États-Unis. Alors que les projecteurs sont braqués sur l’administration de Joe Biden, cette dite légalisation se fait attendre, sans montrer signe de progression tangible. La seconde phase de croissance de nos producteurs canadiens semble liée, une fois de plus à notre partenaire commercial #1. Ce marché représente un potentiel de plusieurs dizaines de milliards de dollars et notre industrie locale semble prête à le prendre d’assaut. Alors que ce marché demeure quelque peu incompris, certains demeurent convaincus des rendements verts prometteurs, tandis que d’autres croient plutôt que ces rendements sont partis en fumée.

 

Sources : 

https://www.bnnbloomberg.ca/cannabis-canada-weekly-global-sales-to-top-us-50b-by-2025-analysts-weigh-in-on-retailer-results-1.1653856

https://www.forbes.com/sites/roberthoban/2021/03/22/the-year-of-cannabis-industry-consolidation/?sh=7a7abd667715

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/756436/trudeau-entrevue-legalisation-marijuana

https://www.forbes.com/sites/javierhasse/2021/04/14/canada-cannabis-sales-doubled-in-2020-hitting-26b-heres-whats-next/?sh=6ae9d6a0494f

https://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/2021-06-19/acquisitions/bouffee-de-transactions-dans-l-industrie-du-cannabis.php

 

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés ni avoir l’intention d’initier de positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Add comment


Solve : *
24 ⁄ 12 =