Billet Boursier

Le pétrole effrayé par le Coronavirus

Le pétrole effrayé par le Coronavirus

Le pétrole effrayé par le Coronavirus

Lundi, les contrats à terme sur le pétrole brut « West Texas Intermediate » (WTI) on atteint le seuil du 50 $ le baril en fin de journée, après avoir clôturé à 50,11 $, une baisse de 23,7% par rapport à son haut du 8 janvier de 65,65 $. Le WTI a d’abord chuté de plus de 20% par rapport à ce niveau le 27 janvier sur une base intrajournalière, le plaçant alors dans une situation de correction. La baisse s’est d’ailleurs accentuée mardi pour fermer sous le seuil du 50$ à 49.42, une situation qui ne s’était pas produite depuis la chute de fin d’année 2018.

De ce fait, malgré les coupes de production importantes de la part de l’OPEP et de la Russie, le prix semble toujours vouloir chuter. Pour répondre à cela, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et la Russie auraient tenu des discussions préliminaires sur l’élargissement de leurs réductions de production, en place depuis 2016. Le comité technique mixte qui suit l’avancement des efforts du groupe sur le marché devait se réunir cette semaine pour discuter de l’impact du coronavirus sur la demande de pétrole et voir les actions potentielles à établir pour freiner cette baisse.

La raison de cette chute s’explique principalement par un important ralentissement au sein des transports, une industrie très dépendante au pétrole. En effet, considérant que dans les derniers jours, nous avons pu constater un important ralentissement des vols d’avions, des transports automobiles et ferroviaires en Chine, les analystes de CNBC estiment que la demande pourrait chuter de 1 million de barils par jour au premier trimestre de 2020, étant donné la taille beaucoup plus grande de l’économie chinoise et de la demande de pétrole actuellement, par rapport à l’épidémie de SRAS en 2003. De surcroît, il y a également l’industrie de la croisière, très dépendante au pétrole, qui souffre également d’un ralentissement, alors que de nombreux bateaux sont retenus au port pour des raisons sanitaires.

En bref, d’un point de vue graphique, naturellement, le WTI est survendu en jours, et actuellement sur un très important support, tel que le démontre le graphique ci-dessous. Pour les investisseurs avertis qui souhaiteraient transiger le pétrole, il existe naturellement les contrats à terme qui le permettent, mais également certains fonds négociés en Bourse, tels que l’« Energy Select Sector SPDR Fund » (ARCA : XLE), qui est le FNB représentant l’énergie, ainsi que l’« United States Oil Fund » (ARCO : USO), qui se trouve à être un FNB reflétant le prix du WTI Crude.

 

Tesla explose de plus de 40% avant de retomber!

Elon Musk devait bien rire des fameux vendeurs à découvert qu’il hait tant, mardi soir, à la suite de la montée du titre de son entreprise de plus de 33% en deux jours. Ainsi, les actions de Tesla (NASDAQ : TSLA) avaient déjà plus que doublé cette année, alimentées par les analystes qui ont relevé leurs objectifs de prix et par une énorme couverture par les investisseurs, communément appelée « short squeeze ». Tel que l’on peut voir dans le graphique ci-dessous, le titre est passé de 24.5% de vente à découvert sur l’ensemble des actions en circulation à 13.8% en à peine 6 mois.

 

Comme une prémonition, le PDG de Tesla, Elon Musk, avait promis il y a deux ans de cela que les vendeurs à découvert allaient « se brûler » bientôt, affirmant dans un gazouillis que « les lance-flammes devraient arriver justes à temps ».

En revanche, il ne faut pas oublier que Tesla ne reste qu’une entreprise extrêmement spéculative, avec aucun profit dégagé encore une fois pour l’année 2019. D’un point de vue fondamental, selon moi, l’entreprise est nettement surévaluée considérant que le bénéfice par action, comparé au même trimestre par rapport à l’année dernière, on est en baisse de 28%. Pour ma part, c’est un point négatif, même si le bénéfice net est en croissance. Aussi, du point de vue du retour sur équité, bien qu’en hausse, il est encore négatif. Ainsi, Tesla est un bon titre de croissance, mais fortement surévalué actuellement, à mes yeux.

D’ailleurs, la réalité a rapidement rattrapé le producteur de voitures électriques, alors que jeudi matin l’action a ouvert à 699.92$, soit près de 28% en bas de son sommet de mardi.

En somme, on peut dire que les amateurs de volatilité furent servis cette semaine; or la volatilité ne semble pas terminée avec ce titre, alors il sera important de continuer à le surveiller de près!

 

La phase 1 de l’Accord américano-chinois se met en branle!

Jeudi, le gouvernement de la République populaire de Chine annonçait une réduction de moitié des droits de douane sur des centaines de produits américains, d’une valeur d’environ 75 milliards de dollars.

Les tarifs sur certains produits américains seront réduits de 10% à 5% et de 5% à 2,5% sur d’autres, selon un communiqué du ministère chinois des Finances. Les ajustements prendront effet à 13 h 01 le 14 février, a-t-il mentionné, sans préciser à quel fuseau horaire il faisait référence.

Le communiqué publié sur le site Web du ministère des Finances indique que cette décision a été prise afin de « faire avancer le développement de l’entente entre la Chine et les États-Unis. » Un article distinct sur le site Web a noté que la réduction des tarifs avait été programmée conjointement avec une décision américaine en janvier de réduire de moitié les tarifs le 14 février pour 120 milliards de dollars de produits chinois, de 15% à 7,5%.

La Chine a aussi déclaré que le prochain ajustement dépendra de l’évolution des relations commerciales sino-américaines, ajoutant qu’elle espère travailler avec Washington pour éliminer complètement toutes les augmentations tarifaires.

Naturellement, cette nouvelle fut très bien reçue par les marchés. Le S&P500 bondit de 0.34% à l’ouverture, propulsant le S&P500 à un haut de tous les temps.

En somme, il ne serait pas surprenant de voir le S&P500 repartir pour une bonne hausse, alors que les conditions économiques restent bonnes, et que de nombreux catalyseurs de baisse, tels que les tarifs, les conflits avec l’Iran et le Coronavirus semblent ne plus inquiéter les marchés.

 

Sources :

https://www.cnbc.com/2020/02/03/oil-bear-market-deepens-as-opec-talks-emergency-action-to-deal-with-coronavirus-crisis.html

https://www.cnbc.com/2020/02/05/us-futures-point-to-lower-open-as-traders-focus-on-virus-earnings.html

https://www.cnbc.com/2020/02/04/princess-cruises-quarantines-3700-after-10-passengers-test-positive-for-virus.html

https://www.cnbc.com/2020/02/06/china-to-halve-tariffs-on-hundreds-of-us-goods.html

https://www.bloomberg.com/quote/USO:US

https://www.cnbc.com/2020/02/06/us-futures-point-to-4th-straight-day-of-gains-on-wall-street.html

https://www.cnbc.com/2020/02/06/coronavirus-latest-updates-china-hubei.html

https://www.koyfin.com/fa/fa.pl/TSLA

 

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Add comment