Chat with us, powered by LiveChat

Billet Boursier

La fin des commissions dans le monde du courtage en ligne?

La fin des commissions dans le monde du courtage en ligne?

La fin des commissions dans le monde du courtage en ligne?

Le futur s’annonce florissant pour les négociateurs actifs! Après avoir annoncé jeudi dernier qu’elle offrait maintenant une plateforme sans commission, sous le nom de IBKR Lite, l’entreprise de courtage, Interactive Brokers (ARCA : IBKR) a créé une commotion dans le milieu. En effet, IBKR Lite aura zéro commission sur les actions et les FNB américains, pas de minimum de compte, pas de frais d’inactivité, de frais de données de marché, et plus. Ce nouveau produit a été déployé dans le but « d’attirer un public plus large et éliminer tout obstacle à l’ouverture d’un compte IBKR » a déclaré Thomas Peterffy, président et directeur général d’Interactive Brokers, dans un communiqué. Voici un tableau explicatif entre IBKR Lite et IBKR Pro :

[1]

Du côté de ses compétiteurs principaux, ils ont tous répondu à l’attaque d’Interactive Brokers en annonçant qu’ils allaient offrir un produit similaire. De ce fait, cette décision d’E-Trade (NASDAQ : ETFC), Charles Schwab (NYSE : SCHW) et TD Ameritrade (NASDAQ : AMTD) était quelque peu obligatoire, considérant que depuis l’annonce d’Interactive Brokers, leurs titres ont été mis à rude épreuve en Bourse, particulièrement TD Ameritrade qui a subi une baisse de plus de 30% depuis l’annonce. Cette baisse considérable est attribuable au fait que près du tiers des revenus de TD Ameritrade provient des commissions, alors que les revenues de commissions ne représentent que 7 % du chiffre d’affaires de Schwab, selon l’analyste de Morningstar, Michael Wong.

En somme, les grands gagnants seront les consommateurs, soit les négociants actifs. Pour le moment, cette offre ne s’applique uniquement qu’aux États-Unis. Néanmoins, il ne serait pas surprenant de voir ce phénomène gagner le Canada assez rapidement, alors qu’Interactive Brokers est déjà bien installé au sein du marché canadien et cherche vraisemblablement s’attaquer de façon assez agressive aux investisseurs plus passifs.

[1]https://www.interactivebrokers.com/en/index.php?f=45196

 

De mauvaises données économiques font chuter le Dow Jones de plus de 800 points

Cette semaine, le « ISM manufacturing index » a présenté des chiffres inquiétants, qui ont fait des vagues jusque dans les principaux indices. Il s’agit d’un rapport économique très surveillé, qui est publié mensuellement, le premier jour ouvrable après la fin du mois, de l’activité économique américaine. L’indice est souvent appelé indice PMI ou « Purchasing Manager’s Index ».

Cet indicateur est basé sur une enquête réalisée par l’Institut pour la gestion des approvisionnements (ISM) auprès de directeurs des achats de plus de 300 entreprises manufacturières. De ce fait, l’indice suit l’évolution de la production d’un mois à l’autre. L’indice est au cœur du rapport de fabrication ISM.

D’un point de vue quantitatif, un indice PMI supérieur à 50 indique une expansion du secteur manufacturier par rapport au mois précédent, une lecture de 50 n’indique aucun changement, alors qu’une lecture inférieure à 50 suggère une contraction du secteur manufacturier.

Tel que présenté dans le graphique ci-dessous, bien que les données du PMI ne cessaient de diminuer depuis la fin 2018 et que les derniers chiffres du ISM furent au déca de 50, il s’agit lundi de la confirmation qu’il y a un ralentissement industriel aux États-Unis. De plus, l’importante réaction des marchés est également basée sur le fait qu’il y a une importante divergence entre les attentes et les résultats annoncés.

Cependant, il est important de ne pas paniquer tout de suite. Lors de la dernière crise économique, la chute drastique du PMI a commencé lorsque celui-ci a atteint 43.5 en octobre 2008. Nous n’en sommes pas encore rendus là, mais le recul continu connu dans la dernière année n’augure rien de bon. Cette nouvelle a fait chuter le S&P500 de -1.23% mardi.

Par la suite, mercredi, une seconde donnée économique importante a été diffusée. En effet, l’« ADP Non-Farm Employment Change » est un rapport mensuel sur les niveaux d’emploi privé non agricole aux États-Unis, rendu public le premier mercredi de chaque mois. Cet indicateur est particulièrement important puisqu’il donne généralement le pas pour le « Non-Farm payroll » qui sort le vendredi suivant (pour en savoir plus sur le Non-Farm Payroll, simplement lire ce Billet Boursier). Ainsi, bien que les chiffres sortis aient été plus hauts que prévu (195k nouveaux emplois versus 148k attendus), ce qui retenu l’attention est le fait que les données de mercredi ont ramené la moyenne mensuelle de création d’emploi pour 2019 à 145 000 emplois, contre 214 000 il y a un an. Cette baisse a été interprétée par Wall Street comme un ralentissement de l’embauche, ce qui présente un ralentissement du marché de l’emploi, qui est un marché de base pour une économie. La sortie de cette donnée a fait reculer le S&P500 de -1.79% mercredi.

Puisque jamais deux sans trois, une autre donnée économique a fait souffrir les marchés jeudi. Le « ISM Non-Manufacturing PMI », soit le PMI, mais pour l’industrie des services. Encore une fois, les données annoncées sont en déca des attentes avec 52,6, comparé aux 55,3 attendus. Selon les responsables de l’ISM, la faiblesse générale résultait des craintes concernant les tarifs commerciaux, les ressources en main-d’œuvre et l’orientation générale de l’économie. Bien que nous n’ayons pas atteint le 49.9 qui aurait annoncé une compression du secteur des services, une donnée en déca de près de 3 points des attentes est très importante. De plus, bien que cette nouvelle ne soit que très peu médiatisée, elle est d’une importance fondamentale aujourd’hui. En effet, tel que présenté dans le graphique ci-dessous, l’économie américaine en 2019, en est une de service beaucoup plus qu’une manufacturière. Ainsi, une faiblesse de l’industrie du service pourrait jouer un rôle majeur dans le cas d’une récession.

En somme, une dernière donnée sera à surveiller vendredi et il s’agit du « non-farm payroll ». Un rapport de la masse salariale des emplois non agricoles en baisse, ou en dessous des attentes pourrait sceller le cas des marchés pour la semaine prochaine et nous offrir une autre semaine à la baisse.

 

Les tarifs arrivent maintenant en Europe!

Avec la sortie de données économiques négatives cette semaine, une importante nouvelle est tombée quelque peu sous le radar. Mercredi, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a donné son accord à une demande américaine visant à imposer des droits de douane sur de la marchandise européenne d’une valeur de 7,5 milliards de dollars. Essentiellement, cela signifie un nouveau front sur lequel l’administration Trump lancera une guerre commerciale.

Les mesures qui sont prévues pour être mises en place le 18 octobre sont :

  • 10% de tarifs douaniers sur les aéronefs en provenance de France, d’Allemagne, d’Espagne ou du Royaume-Uni. Cette mesure vise directement Airbus, le compétiteur direct à Boeing, un avionneur américain.
  • 25% de tarifs sur les whiskies irlandais et écossais, les vêtements et couvertures provenant du Royaume-Uni.
  • 25% sur le café et certains outils et machines en provenance d’Allemagne
  • 25% sur divers fromages, l’huile d’olive et la viande congelée originaires d’Allemagne, d’Espagne et du Royaume-Uni.
  • 25% sur certains produits du porc, beurre et yaourt de plusieurs pays européens.

En réaction à cela, Cecilia Malmström, la représentante de l’Europe au sein de l’organisation mondiale du commerce a annoncé que « Si les États-Unis décident d’imposer les contre-mesures autorisées par l’OMC, cela poussera l’UE dans une situation dans laquelle nous n’aurons pas d’autre choix que de faire de même »[1].

D’ailleurs, du point de vue du négociateur actif, si les États-Unis décidaient d’aller de l’avant avec ces tarifs, les titres des avionneurs américains et français, soit Boeing (NYSE : BA) et Airbus (EURONEXT :AIR) pourrait bouger de façon importante, soit à la hausse pour Boeing et à la baisse pour Airbus. Il pourrait alors être pertinent de surveiller Boeing en particulier, qui pourrait également avoir un rebond à partir de sa moyenne mobile simple 200 périodes.

En somme, cette nouvelle guerre de tarifs à venir ne représente rien de bon sur les marchés boursiers. Il sera alors très intéressant de suivre l’évolution de ce dossier, puisque comme on sait bien, M. Trump est bien connu pour changer d’idée assez rapidement!

[1] Traduction libre

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance et contributeur chez DayTrader Canada

 

Sources :

https://www.cnbc.com/2019/10/02/the-end-of-commissions-for-stock-trading-is-near-as-td-ameritrade-cuts-to-zero-matching-schwab.html?__source=sharebar|twitter&par=sharebar

https://www.cnbc.com/2019/10/02/e-trade-drops-commissions-on-trades-joining-schwab-td-ameritrade-in-brokerage-fee-war.html

https://www.cnbc.com/video/2019/10/02/us-government-to-impose-tariffs-on-eu-aircraft-and-agricultural-products.html

https://www.cnbc.com/2019/10/02/wto-rules-in-favor-of-us-in-aircraft-subsidies-dispute.html

https://www.cnbc.com/2019/10/02/us-to-impose-tariffs-on-eu-products-after-wto-victory.html

https://seekingalpha.com/article/4294398-u-s-economic-outlook-feel-free-panic

https://www.cnbc.com/2019/09/26/interactive-brokers-unveils-service-offering-commission-free-trades.html

https://www.cnbc.com/2019/10/01/charles-schwab-is-eliminating-online-commissions-for-trading-in-us-stocks-and-etfs.html

https://www.cnbc.com/2019/10/01/dow-futures-us-china-trade-wto-wall-street.html

https://www.cnbc.com/2019/10/01/trump-targets-pathetic-fed-after-worst-manufacturing-reading-in-a-decade.html

https://www.cnbc.com/2019/10/01/us-manufacturing-economy-contracts-to-worst-level-in-a-decade.html

https://www.lapresse.ca/affaires/marches/201910/02/01-5243839-zero-commission-a-la-bourse-.php

https://www.instituteforsupplymanagement.org/ISMReport/MfgROB.cfm?SSO=1

https://www.cnn.com/2019/10/01/economy/ism-manufacturing/index.html

https://tradingeconomics.com/united-states/business-confidence

https://apps.bea.gov/iTable/iTable.cfm?reqid=147&step=2&isuri=1

 

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services

Add comment