Billet Boursier

Une donnée fondamentale pour l’investisseur actif : le « non-farm payroll »

Une donnée fondamentale pour l’investisseur actif : le « non-farm payroll »

L’une des données fondamentales économiques les plus importantes pour l’investisseur actif qui transige sur les marchés américains se nomme le « non-farm payroll » ou la masse salariale des emplois non agricoles. Ainsi, tout d’abord, qu’est-ce que ce « non-farm payroll »?

Dans un premier temps, la masse salariale non agricole est un terme utilisé aux États-Unis pour désigner le nombre total de travailleurs rémunérés moins les employés agricoles, les employés du gouvernement et les employés d’organisations à but non lucratif. Ainsi, ce rapport est publié par le bureau des statistiques du travail des États-Unis le premier vendredi du mois suivant, à quelques exceptions près, à 8 h 30, en même temps que le rapport sur la situation de l’emploi, communément appelé « rapport sur l’emploi ». De plus, la masse salariale non agricole totale représente environ 80% des travailleurs qui produisent l’ensemble du produit intérieur brut (PIB) des États-Unis.

De ce fait, les données sont utilisées pour aider les décideurs et les économistes à déterminer la situation actuelle de l’économie et à prédire les niveaux futurs de l’activité économique.

Dans un second temps, qu’est-ce que le rapport contient?

Ensuite, les statistiques de la masse salariale non agricole présentent quels secteurs ont créés ou perdu le plus grand nombre d’emplois. De ce fait, la liste des secteurs figurant dans le rapport comprend les services professionnels et commerciaux, les soins de santé, le secteur financier, les industries extractives, la construction, la fabrication, le commerce de détail, le transport et l’entreposage, l’information, le secteur des loisirs et celui de l’hôtellerie. De plus, les analystes boursiers utilisent souvent cette ventilation pour prédire quels titres et quels secteurs pourraient avoir de solides résultats financiers. Enfin, le rapport contient également la semaine de travail moyenne, les gains en matière de salaire horaire moyen et la croissance des heures de travail elles-mêmes.

Dans un troisième temps, comment est-ce que ce rapport a un impact sur le négociateur actif?

Dans un premier temps, avant même que le « non-farm payroll » soit diffusé le vendredi, une autre donnée importante est publiée le mercredi précédent. Il s’agit de l’« ADP Non-Farm Employment Change » ou le rapport mensuel du cabinet de conseil en ressources humaines ADP, une mesure de la variation mensuelle de l’emploi privé non agricole, basée sur les données de paie d’environ 400 000 clients commerciaux américains de la firme ADP. La publication, deux jours avant les données du gouvernement, est un bon prédicateur du rapport du gouvernement sur la masse salariale non agricole.

Lorsque le « non-farm payroll » est rendu public chaque premier vendredi de chaque mois, ce qu’il est important de remarquer est l’écart entre le chiffre attendu et celui annoncé. En effet, le chiffre annoncé a peu d’importance, puisque ce que Wall Street observe est si le chiffre publié est plus bas, égal, ou plus haut que l’estimation des analystes. Ainsi, un chiffre plus bas risque de faire baisser les marchés, alors qu’un chiffre plus haut, les faire monter. De plus, il est important de regarder s’il y a eu des corrections aux données du mois précédent, puisque cela pourrait aussi jouer sur les marchés. De ce fait, le meilleur moyen de voir, sur-le-champ, comment Wall Street a interprété le mouvement est en regardant le prix des contrats à terme sur les différents indices, ainsi que le prix des obligations 10 ans du gouvernement américain. Si jamais les contrats à termes des indices sont à la baisse, souvent les obligations seront à la hausse, alors que si les marchés sont à la hausse, les obligations seront à la baisse. Ce phénomène s’explique par une réaction du capital des investisseurs qui désirent le déplacer vers des valeurs plus ou moins risquées.

Finalement, une petite exception se glisse à l’interprétation du « non farm payroll ». En effet, dans le contexte actuel, où nous sommes dans l’incertitude par rapport à la direction des taux d’intérêt (coupe de taux ou non), un « non farm payroll » plus bas qu’espéré peut faire monter les marchés. Ainis, la Réserve fédérale américaine se base sur ces chiffres pour prendre sa décision si elle augmente, gardera stable, ou diminuera ses taux. De ce fait, un « non farm payroll » plus bas que les attentes pourraient faire monter les marchés dans l’optique où, plus il est sous les attentes, plus la réserve fédérale penchera pour baisser les taux, une action favorable à Wall Street.

En somme, lors de la diffusion de ce type de données par le gouvernement américain il est important d’être prudent, car le résultat du rapport a souvent un très grand impact sur la direction des marchés pour cette journée.

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance et contributeur chez DayTrader Canada

Add comment


Solve : *
12 + 21 =