Chat with us, powered by LiveChat

Billet Boursier

Va-t-on avoir droit au rallye du père Noël cette année?

Va-t-on avoir droit au rallye du père Noël cette année?

Va-t-on avoir droit au rallye du père Noël cette année?

Tel que présenté l’an dernier, un curieux phénomène se produit, depuis 1969, 34 sur les 45 derniers temps des fêtes. Il s’agit du « Santa Claus rally » ou du Rallye du père Noël.

Ainsi, ce Rallye du père Noël se définit comme une hausse des marchés les cinq derniers jours de bourse de l’année et les deux premiers jours de bourse suivants le Nouvel An. Le rendement moyen cumulatif au cours de ces journées est en moyenne de 1,4%, et les rendements sont positifs tous les sept jours du rallye.

Or, cette semaine, nous avons pu vivre un retournement digne de M. Trump, alors que le S&P500 était en baisse hebdomadaire d’un peu plus de -0.50% vendredi matin principalement sur l’annonce que Reuters a rapportée. En effet, citant des experts du commerce et des personnes proches de l’administration Trump, la signature d’un accord commercial partiel pourrait être reportée à 2020, la Chine souhaitant des réductions tarifaires plus importantes. Ce rapport a été publié après que le Wall Street Journal eut déclaré, citant d’anciens responsables de l’administration Trump, que les négociations commerciales en cours pourraient aboutir à une impasse. De plus, l’incertitude entourant le commerce s’est également accrue après que le Sénat ait adopté un projet de loi soutenant les manifestants de Hong Kong. Cela a conduit la Chine à accuser les États-Unis d’interférer dans les affaires intérieures.

Est-ce que cela pourrait faire annuler l’historique Rallye du père Noël cette année? Je ne serais vous dire. Or il est sûr que le retour des menaces de tarifs pourrait relancer une volatilité bien appréciée des « traders »!

 

Le secteur du cannabis renaît de ses cendres!

Dur retour à la réalité qui s’est déroulé la semaine dernière pour les titres du secteur du cannabis. Alors que les spéculateurs quittaient le bateau, et que les investisseurs sont entrés en quête de données financières solides pour justifier la valorisation des entreprises du domaine du cannabis canadien, les valeurs boursières sont tombées comme des mouches.

En effet, le secteur canadien du cannabis a été mis à sang la semaine dernière après que des entreprises eurent annoncé des résultats décevants. De ce fait, Canopy Growth (NYSE :CGC) et Aurora Cannabis (NYSE :ACB) ont tous deux chuté d’environ 30% après avoir annoncé une forte baisse de leurs revenus et des perspectives médiocres. Du côté du chef de file de l’industrie, Canopy Growth, l’entreprise a connu une année 2019 difficile, avec des pertes continues, alors que les ventes de marijuana à des fins médicales et récréatives n’ont pas répondu aux attentes des analystes.

Pour le dernier trimestre, la tendance s’est poursuivie avec l’annonce d’un revenu net de 76,6 millions de dollars canadiens, en hausse de 229% par rapport à l’an dernier, mais en baisse de 15% par rapport au trimestre précédent, ce qui est un signe évident d’un ralentissement, principalement en raison du grand nombre de producteurs qui ont augmentés leur capacité de production et le manque de client pour combler cette demande. De plus, les charges d’exploitation ont continué de grimper, en hausse de 48% par rapport à l’année précédente et de 15% semestriellement.

Du côté d’Aurora Cannabis, le scénario est très semblable. Au cours du dernier trimestre, Aurora a vendu 30% moins de cannabis par rapport au trimestre précédent, ce qui a entraîné une baisse des revenus de 24%. Entre-temps, la société a poursuivi ses pertes d’exploitation à la hauteur de 77 millions de dollars.

En revanche, après une baisse de plus de 60% en 6 mois, un petit vent d’espoir provient de Bank of America, qui annonce mercredi qu’elle recommande l’achat de Canopy Growth, ce qui a propulsé le titre de plus de 15% à 23.49$ sur le marché canadien et à 17.64 sur le marché américain. Au moment d’écrire ces lignes, le titre était en hausse de plus de 30% pour la semaine. D’un point de vue graphique, comme on peut voir dans le graphique ci-dessous, le titre est fortement survendu et sur une résistance de 2017. Il sera intéressant de voir si la recommandation de Bank of America sera suffisante pour relancer le titre à la hausse ou non. Aussi, le mouvement s’est fait de façon assez généralisée dans le secteur. De ce fait, de nombreuses opportunités d’achats pourraient être à considérer pour de petits « swingtrade », à travers des titres tels que Canopy Growth (NYSE : CGC), Aurora Cannabis (NYSE : ACB), mais également d’autres joueurs tels que Aphria (NYSE :APHA), Cronos Group (NASDAQ : CRON), Hexo Corporation (NYSE : HEXO) et d’autres.  Or, il ne faut pas oublier la nature spéculative de ces titres et y aller pour une position plus légère.

 

Boeing de retour dans l’eau chaude

Tout compte fait, Boeing (NYSE : BA) traverse bel et bien l’une des plus grandes crises de son histoire. Avec plus de 85 ans d’histoire, Boeing est l’une des entreprises américaines ayant le mieux réussi et étant les mieux établis : un symbole du savoir-faire américain. Or, comme nous avons discuté de façon exhaustive dans de nombreux billets précédemment et avons entendu dans les nouvelles à maintes reprises, Boeing fait actuellement face à une importante crise.

En effet, comme si le scandale des 737 MAX n’était pas suffisant, le NTSB (National Transportation Safety Board), soit l’organisme indépendant du gouvernement américain responsable des enquêtes sur les accidents aéronautiques, routiers, maritimes, ferroviaires et ceux concernant les pipelines, vient de sortir un nouveau rapport sur les 737 actuel de l’avionneur américain.

De ce fait, le rapport du NTSB sort après son enquête sur le vol 1380 de Southwest, en avril 2018, quand une pale de ventilateur a cassé l’un des moteurs, percé une fenêtre à trois volets et aspiré brièvement un passager hors de l’avion. Le passager, qui a été ramené à l’intérieur de l’avion par un autre passager, est décédé, devenant le premier accident mortel survenu sur un transporteur aérien américain depuis presque une décennie. Cet accident serait dû à une erreur de conception du moteur du 737, qui aux dires de Boeing sera corrigée le plus rapidement possible. En attendant, la FAA (Federal Aviation Administration), a demandé à tous les opérateurs de 737 d’inspecter les pales des moteurs de ceux-ci pour s’assurer qu’aucune autre pale ne se détache.

Du point de vue de l’investisseur, cette nouvelle ne semble pas avoir atteint le titre de façon majeur. Ainsi, le jour de cette annonce, le titre a atteint au cours de la journée -3.19% pour finalement remonter et terminer la journée à -0.67%. La raison de la résilience de ce titre se décrit principalement par la confiance des investisseurs envers l’entreprise.

Tel que mentionné en introduction, l’entreprise représente le savoir-faire américain. Ainsi, cela signifie qu’à travers son histoire, l’avionneur a traversé de très importantes crises et a toujours su survivre. Il ne faut pas oublier que Boeing est le survivant dans un marché très exigeant. Des dizaines d’entreprises ont cherché à concurrencer Boeing au fil des ans, et elles ont presque toutes disparu aujourd’hui. Boeing a survécu à des assauts concurrentiels constants et à un environnement réglementaire extrêmement exigeant en innovant continuellement et en faisant preuve d’une discipline extrême dans ses pratiques de gestion.

En somme, c’est pourquoi, bien que presque sans précédent, cette crise n’a pas « anéantie » le prix du titre en Bourse, qui produit tout de même toujours un rendement de plus de 13% pour l’année, sous performant son indice de référence, le Dow Jones Industrial Average de 6%.

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance et contributeur chez DayTrader Canada

 

Sources :

https://www.cnbc.com/2019/11/20/canopy-growth-stock-now-worth-buying-after-60percent-slide-says-bofa.html?__source=iosappshare%7Ccom.apple.UIKit.activity.CopyToPasteboard&fbclid=IwAR1r75g3qU2ZmjEJiVHB1rU4xD0lUcaH-xNu0n9MCben5OZSIgk3k-cMQxU

https://www.cnbc.com/2019/11/20/dow-futures-us-china-trade-and-federal-reserve-minutes.html

https://m.fr.investing.com/analysis/le-secteur-du-cannabis-est-au-tapis-face-aux-pertes-colossales-des-producteurs-200431450?fbclid=IwAR3OAQeHmQ_s6lb6ohIi-EjEVeOP7plClQ4teYUPudouzMQRi7_l1Rtki1k

https://seekingalpha.com/news/3519323-canopy-growth-18-percent-realism-cannabis-market-builds

https://seekingalpha.com/pr/17698887-canopy-growth-reports-second-quarter-fiscal-2020-financial-results

https://seekingalpha.com/article/4307581-weekly-cannabis-report-canadas-horrifically-bad-earnings

https://seekingalpha.com/article/4307801-aurora-cannabis-desperate-times-call-desperate-measures

https://www.prnewswire.com/news-releases/canopy-growth-reports-second-quarter-fiscal-2020-financial-results-300958036.html

https://www.forbes.com/sites/lorenthompson/2019/05/20/how-boeing-got-here-its-not-the-story-you-have-been-hearing-lately/#783359661300

https://daytradercanada.com/billet-boursier-apercu/le-rallye-du-pere-noel-a-wall-street/

https://www.cnbc.com/2019/11/19/ntsb-calls-on-boeing-to-redesign-some-737s-after-deadly-2018-southwest-accident.html

https://www.investopedia.com/investing/10-canadian-marijuana-stocks/

 

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services

Add comment